Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’apnée du sommeil pourrait causer des problèmes cardiovasculaires


Libé
Vendredi 9 Juillet 2021

L’apnée du sommeil pourrait causer des problèmes cardiovasculaires
Selon les experts, l'apnée du sommeil pourrait être liée à une augmentation des risques de maladies cardiovasculaires. Le problème, qui survient lorsque les voix nasales supérieures sont obstruées, cause des épisodes répétés de coupure de la respiration pendant le sommeil. Parmi les symptômes, on retrouve des ronflements, des problèmes de respiration, un sommeil fragmenté et des somnolences diurnes.

Par ailleurs, selon un communiqué de l'American Heart Association, l'apnée obstructive du sommeil (AOS) est toujours trop sous-diagnostiquée et sous-traitée. «L'AOS peut avoir un impact négatif sur la santé des patients, et augmenter les risques de problèmes cardiovasculaires, voire de mort. Ce communiqué encourage le dépistage et le traitement nécessaires à l'AOS», explique Yerem Yeghiazarians, médecin membre du groupe d'écriture des communiqués scientifiques.

Les facteurs de risques de l'AOS sont l'obésité, une large circonférence du cou, la fumée, les passifs familiaux, et les congestions nasales nocturnes. Elle est présente chez 30 à 50% des gens souffrant d'hypertension, et 80% des gens souffrant d'hypertension pulmonaire, et est associée aux crises cardiaques, à une détérioration des artères coronaires, de l'arythmie cardiaque et du diabète de type 2.

Même s'il n'a pas été prouvé que se faire dépister change l'issue clinique, ils pensent tout de même qu'il est nécessaire de se faire dépister pour obtenir un traitement, étant donné la prévalence de l'AOS chez les personnes souffrant de maladies cardiovasculaires, et que ces interventions améliorent la qualité de vie.

« Les patients rapportent une meilleure humeur, moins de ronflements, moins de somnolences diurnes, une meilleure qualité de vie et de productivité au travail avec le traitement », explique le docteur Yeghiazarians.

« Il faut tout de même des améliorations dans les outils diagnostics à la maison, et plus de recherche pour identifier les risques cardiovasculaires chez les personnes souffrant d'AOS. Mais le message est clair : il faut augmenter la prise de conscience des gens sur le sujet », ajoute-t-il.


Lu 950 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 20 Janvier 2022 - 18:00 Des pumas et des lions contaminés par le Covid

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS