Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’ ambassadeur du Maroc à Genève dénonce les agissements de l’Algérie visant à induire en erreur la communauté internationale



L’ ambassadeur représentant permanent du Maroc à Genève, Omar Zniber, a dénoncé, mercredi, lors d’une réunion virtuelle tenue par la haut-commissaire aux droits de l’Homme (HCDH), Michelle Bachelet, avec le Groupe de soutien à l’intégrité territoriale du Maroc au Conseil des droits de l’Homme (CDH), les agissements malhonnêtes et malveillants de l’Algérie et des milices armées du Polisario visant à induire en erreur la communauté internationale en général et le Haut-commissariat en particulier, sur une prétendue «situation particulière» des droits de l’Homme au Sahara marocain, alors que la réalité est que l’exercice de ces droits est pleinement garanti dans les provinces du Sud du Royaume, comme sur l’ensemble du territoire national.

«Le groupuscule hostile au Royaume, mené par l’Algérie, n’a aucune légitimité, ni crédibilité pour aborder les droits de l’Homme, encore moins la question du Sahara marocain. La grande majorité de ses membres détiennent de tristes registres en la matière, dont les violations massives sont constamment dénoncées et condamnées par les rapports de la haute commissaire et par les mécanismes du Conseil des droits de l’Homme», a-t-il fait observer. Par ailleurs, Omar Zniber a fustigé le comportement irresponsable du représentant de l’Algérie à Genève qui s’adresse, par intimidation et avec violence, aux délégations du Conseil des droits de l’Homme, trahissant, en cela, l’implication de son pays et de ses autorités dans la propagande et les mensonges outranciers, visant à dénaturer les réalités sur le terrain au Sahara marocain, et à faire diversion par rapport à la situation gravissime et détériorée en matière de violation des droits des citoyens algériens à la liberté et à l’exercice plein de leurs droits civils et politiques. Ce comportement dévoile, a-t-il ajouté, l’isolement de l’Algérie face à la dynamique positive que connaît la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur ses provinces du Sud.

Il est à rappeler que les dirigeants algériens ont été très sévèrement interpellés par la haut-commissaire aux droits de l’Homme, lors de son dernier rapport sur la légitimité du pouvoir politique en Algérie, et leur responsabilité dans les violations massives des droits de l’Homme, perpétrées contre les manifestants pacifiques, les leaders d’opinion et les médias. Omar Zniber a mis en garde la haut-commissaire contre les tentatives de politisation et d’instrumentalisation auxquelles s’adonne l’Algérie, vis-à-vis du Haut-commissariat, par l’intermédiaire d’allégations mensongères portées par des ONG n’ayant aucune crédibilité et bien connues pour être à la solde du pouvoir algérien. Il a également rappelé à la haut-commissaire la persistance des violations graves et flagrantes des droits de l’Homme dans les camps de Tindouf, dont sont victimes les populations séquestrées dans ces camps, avec la bénédiction et la protection coupable de l’Algérie, qui assume la pleine responsabilité juridique et morale devant la communauté internationale. Ces populations sont privées jusqu’à ce jour, par le pays hôte, l’Algérie, de l’enregistrement, qui constitue un prérequis de la protection internationale minimale, reconnue par le droit international humanitaire et le droit international des droits de l’Homme, et exigée par les résolutions du Conseil de sécurité, a-t-il enchaîné.

Il a saisi l'occasion pour mettre en avant le dialogue et la coopération du Maroc avec le Haut-commissariat aux droits de l’Homme sur les différents sujets d’intérêt pour la communauté internationale et a réitéré la volonté du Royaume de maintenir le dialogue sur l’ensemble de ces sujets. Plusieurs ambassadeurs représentants permanents ont également pris la parole pour exposer leurs motivations, affirmer leur soutien au Maroc et réitérer leurs mises en garde contre la politisation de la question du Sahara au sein du Conseil des droits de l’Homme.

Ainsi, le Bahreïn, au nom du Conseil de coopération du Golfe, a rappelé le soutien ferme du CCG au Maroc, à son intégrité territoriale et à sa souveraineté sur ses provinces du Sud, et rejeté toutes les manœuvres visant à instrumentaliser la question du Sahara marocain et à politiser les travaux du Conseil des droits de l’Homme. Pour leur part, les ambassadeurs du Gabon, du Sénégal, de Côte d’Ivoire, de Haïti, de la Jordanie, et de la Zambie ont été unanimes à apporter un soutien fort et indéfectible à l’intégrité territoriale du Maroc et à sa souveraineté sur ses provinces du Sud, tout en soulignant les efforts concrets du Maroc et son engagement pour une solution politique, réaliste, durable et pragmatique à ce différend régional, dont l’examen est du ressort exclusif du Conseil de sécurité de l'ONU.

L’accent a également été mis sur le développement socioéconomique de grande envergure des provinces du Sud, sur l’action du Maroc dans la satisfaction des droits des populations y résidant et sur la situation de stabilité et de prospérité prévalant dans la région. Les ambassadeurs ont par ailleurs rejeté les manœuvres d’intimidation insensées et désespérées de la part des représentants de l’Algérie qui, en rupture avec tous les us et les principes diplomatiques, usent de propos agressifs et violents, dans l’irrespect de la souveraineté des Etats et de leurs représentants. Ils ont exprimé leur opposition et rejet à ce genre de comportements qui explique l’implication directe et entière de l’Algérie dans le maintien de ce différend régional.

Composé de 31 Etats membres, le Groupe de soutien à l’intégrité territoriale du Maroc, qui ne cesse de s’élargir depuis son établissement en 2016, s’active de différentes formes, lors des sessions du Conseil des droits de l’Homme, notamment en appui à l’Initiative marocaine d’autonomie comme seule et unique base d’une solution politique, réaliste, pragmatique, durable à ce différend régional. 

Libé
Jeudi 29 Avril 2021

Lu 483 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.



Flux RSS