Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'Algérie mise devant ses responsabilités à Bakou


La délégation marocaine à la conférence ministérielle des Non alignés appelle Alger à s’impliquer dans le processus politique au Sahara



La 2ème édition du colloque international de Tarfaya, tenue sous le thème ''La question des frontières dans la zone sahélo-saharienne" avec la participation d’éminents universitaires représentant plusieurs pays, a été marquée, samedi, par des échanges fructueux mettant en évidence la légitimité et la justesse de la première cause nationale et les fondements historiques de la marocanité du Sahara.
Les différents intervenants lors la première journée du colloque, initié par Alter Forum en partenariat avec l’Université Mohammed VI de Rabat, ont mis en avant divers accords, documents et actes historiques, des témoignages et des citations émanant de diverses sources et à diverses époques confirmant la marocanité du Sahara et réfutant les allégations mensongères véhiculées par les adversaires de l’intégrité territoriale.
Les professeurs universitaires prenant part à cet évènement, à l’instar du chercheur mexicain en sciences politiques, Roman Lopez Villicana, de l’écrivain espagnol José Maria Lizundia Zamalloa et des universitaires marocains Jilali Adnani, Ismail Kourtoubi, Noureddine Belhaddad et Seny Moumni ont souligné la continuité des liens historiques qui ont toujours existé entre les tribus sahraouies et les Sultans du Maroc à travers l’acte d’allégeance, en plus de multiples textes, documents et Dahirs émanant des Sultans marocains à différentes époques historiques et témoignant d’un exercice effectif, permanent et continu de la souveraineté marocaine sur les territoires sahariens.
Les intervenants ont également rappelé d’anciennes correspondances et lettres entre les Souverains du Maroc et des chioukhs de tribus sahraouies, à l’instar du cheikh Maelainin au sujet de la résistance face aux incursions étrangères au Sahara marocain, outre la participation distinguée des fils des provinces du Sud aux différents combats menés par l’Armée de libération nationale contre les forces d’occupation.
Le colloque international de Tarfaya a été, par ailleurs, l’occasion de débattre de différentes questions et réalités d’ordre sécuritaire, géopolitique, humanitaire et culturel liées aux frontières dans la zone sahélo-saharienne.
Certains intervenants ont pointé du doigt le fait que ces frontières, tracées au gré des puissances coloniales dans un contexte de rivalité entre elles, ont dans bien des cas fait fi des réalités historiques, ethniques, linguistiques et culturelles propres aux peuples de la région.

Libé
Lundi 9 Avril 2018

Lu 1068 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés