Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

JO-2024 Paris ou Los Angeles : Un choix gagnant-gagnant pour le CIO




Que Los Angeles ou Paris obtienne l'organisation des JO-2024, c'est une situation "gagnant-gagnant", a jugé mercredi la Commission d'évaluation du CIO qui devrait garantir la semaine prochaine à la ville perdante d'obtenir les Jeux-2028 en septembre à Lima.
La commission d'évaluation n'établit pas de hiérarchie entre les deux villes dans son rapport de 182 pages, fruit de ses visites en mai. Mais le document dresse une série d'appréciations sur le concept et la vision des deux projets dessinés selon les recommandations de l'Agenda-2020 du président du CIO, Thomas Bach, visant essentiellement à réduire les coûts et le gigantisme parfois incontrôlés du plus grand événement multisports planétaire.
Les deux dernières candidatures en lice, après le retrait notamment de Budapest et Rome, "ne sont séparées que par des points mineurs", juge le président de la commission, le Suisse Patrick Baumann, et placent le mouvement olympique "dans une situation gagnant-gagnant dans un cas comme dans l'autre".
Les comités de candidature de Los Angeles et Paris ont aussitôt réagi, se disant tous deux "ravis" des conclusions du rapport.
"Dynamiques et futuristes", les deux projets ont un point commun: ils utilisent en grande majorité des sites existants ou temporaires, ce qui devrait considérablement réduire la note pour le contribuable.
Ainsi, 97% des sites de compétition des JO de Los Angeles sont existants ou temporaires, contre 93% pour Paris, note le rapport. Dans les deux cas, cela "limiterait la complexité et le coût de livraison des sites", relève le rapport qui souligne aussi concernant Los Angeles "la proximité des sites au sein des parcs des sports".
Un bémol concernant le projet américain: la vaste rénovation du vélodrome destiné au cyclisme sur piste qui nécessitera "plus de consultations avec les parties concernées". Autre inquiétude, les promesses faites concernant les transports car pour le CIO "le succès de la mise en oeuvre de la stratégie de transport pour les Jeux, y compris du réseau de voies olympiques, exigerait des efforts importants en matière de gestion et de réduction de la circulation", dans la métropole californienne engorgée.
Quant aux sites à construire ou à rénover, "ils sont entièrement financés par le secteur privé", souligne encore le rapport.
Globalement, la vision de Los Angeles s'appuie "sur le vaste héritage positif des JO de 1984", souligne le rapport qui estime la cité "prête à faire bon usage de ses talents dans le domaine narratif, de son énergie créative et de ses technologies de pointe" pour organiser, comme LA le propose, des JO "transformateurs".
Paris de son côté, qui a accueilli les JO en 1900 et 1924, propose une vision des JO qui "prend racine dans l'Olympisme" et reflète le "désir de se servir des Jeux comme d'un catalyseur pour accroître la pratique sportive".
Avec ses nombreux monuments célèbres, "il n'est pas surprenant que Paris-2024 ait façonné son concept autour de lieux formant une toile de fond époustouflante comme la Seine, le Louvre, la cathédrale Notre-Dame ou le musée d'Orsay".
Le CIO s'inquiète cependant de l'ambiance olympique dans le Grand Paris qui serait "difficile à créer" car les sites sont "dispersés".
Paris qui s'appuie sur "un mouvement sportif profondément enraciné" et "une grande expérience en matière d'organisation de compétitions" a "tout ce qu'il faut pour organiser des Jeux remarquables", souligne encore Patrick Baumann.
Si LA hébergera les athlètes sur le campus de l'Université de UCLA, Paris construira un village dans un cadre "idyllique", selon la commission d'évaluation, sur les rives de la Seine. Le CIO salue également la qualité du réseau de transports publics franciliens et "les importants projets d'expansion".
Quant à la question de la sécurité, enjeu majeur, les forces de sécurité françaises sont "extrêmement efficaces, professionnelles et à même d'assurer la protection des Jeux", ajoute le CIO qui salue les "améliorations" testées "avec succès" durant l'Euro de foot 2016.
Les deux villes proposent d'organiser les JO à des dates différentes: du 19 juillet au 4 août pour Los Angeles et du 2 au 18 août pour Paris.
Ce rapport va servir de document de référence aux membres du CIO en vue de la séance d'information sur les villes candidates programmée mardi 11 et mercredi 12 juillet à Lausanne.
Mardi après-midi, réunis en session extraordinaire, la centaine de membres du CIO devraient aussi adopter une recommandation, approuvée en juin par la commission exécutive, en faveur d'un double vote pour 2024 et 2028 le 13 septembre prochain lors de la 130e session à Lima. Alors, ce sera bien du "gagnant-gagnant" à la fois pour le CIO et les deux villes en lice.

Vendredi 7 Juillet 2017

Lu 269 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés