Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Izza Génini, un talent inné et un amour inconditionnel pour le Maroc




Connue dans le monde du cinéma pour être la première Marocaine à se consacrer à la production et à la distribution de films marocains et africains, Izza Génini représente le visage éloquent du 7ème art mais aussi l'expression d'un amour inconditionnel et indéfectible pour le Maroc. L'esprit jovial, Izza Génini aime parler de ses débuts et de son aventure dans le monde du cinéma, sans rater aucune occasion pour évoquer "son Maroc à elle", le Maroc où elle a vu le jour et qu'elle a quitté jeune à la recherche d'autres horizons en France, sans pour autant perdre le contact avec son essence, ses rythmes et ses senteurs. Dans ces nombreuses productions, Izza Génini braque les projecteurs sur ce Maroc unique, aux multiples affluents et où la coexistence, la tolérance et le vivre-ensemble ont de tout temps existé. Ces films et ces documentaires rapprochent le public de la diversité du Royaume à travers des récits notamment sur son enfance à Casablanca, qu'elle a quittée toute jeune en 1960 pour rejoindre ses parents à Paris où elle est installée depuis lors. Elle y jette aussi la lumière sur la richesse culturelle et ethnique du Maroc à travers ses traditions, sa musique et son patrimoine millénaire.
Le temps d'une rencontre organisée à Paris à l'occasion des Mercredis de l'ambassade du Royaume, des rencontres périodiques tenues par la représentation diplomatique marocaine où la parole est donnée à des personnalités de différents horizons, Izza Génini a livré un témoignage émouvant sur son parcours exceptionnel dans le monde cinématographique. Elle a évoqué ainsi ses débuts avec le film "Transes" sur le groupe Nass El Ghiwane, réalisé par Ahmed El Maanouni avec des fonds qu'elle a dû emprunter "à droite et à gauche". Un récit qu'elle a agrémenté de plein d'autres anecdotes qui ont marqué sa vie et sa carrière. Après le mot de bienvenue de l'ambassadeur Chakib Benmoussa, elle s'est prêtée, devant une assistance attentive, au jeu question/réponse de Véronique Rieffel, qui a animé la rencontre, mais aussi aux questions du public. C'est ainsi qu'elle a confié que le secret de sa longue et généreuse carrière artistique, où le Maroc a occupé et continue d'occuper "tous coins et recoins", réside dans une "immense curiosité" et une "terrible sensibilité quelque fois excessive" à tout ce qui l'entoure, ainsi que dans un amour sans failles pour cette culture à la richesse inégalée.
Sa relation avec la production et la distribution de films intervient sur un "coup de cœur" après son retour au Maroc après 15 ans d'absence, confie la réalisatrice franco-marocaine de confession juive. Depuis, cette aventure s'est poursuivie et lui a valu une reconnaissance internationale avec plusieurs distinctions et de prix.
Sa générosité elle aussi n'a pas de limites lorsqu'elle affirme que ses productions "ne lui appartiennent qu'en partie car elle sont le patrimoine de tous les Marocains".Un parcours exceptionnel qu'elle a su construire et entretenir avec persistance et "entêtement" non sans difficultés et qu'elle attribue une fois de plus à son amour pour le Maroc et sa culture. Elle se considère ainsi "chanceuse" de pouvoir vivre dans un pays où prédomine une coexistence "ouverte, simple et sans complexes" et "où on vit tous ensemble tout en restant absolument soi même". "Je suis très heureuse d'appartenir à cette culture qui donne un accès absolument ouvert à cette possibilité d'aller librement sur les traces de nos racines", dira-t-elle tout en se faisant l'honneur de souligner les efforts fournis par le Royaume pour préserver cette diversité culturelle et religieuse.
D'ailleurs, c'est cette appartenance au Maroc qui occupe une bonne partie de sa production cinématographique, notamment dans le film "Ouled Moumen".Après Transes produit en 1981, Izza Génini décida de se lancer dans la réalisation d’une collection de films documentaires consacrés à la richesse musicale et culturelle du patrimoine marocain, comme la série musicale « Maroc Corps et Âme » ainsi que des documentaires sur divers sujets dont « Pour le plaisir des yeux », « Nûba d’or et de Lumière », « La Route du Cédrat, le fruit de la Splendeur ». Elle est aussi l'auteur de deux ouvrages « Maroc » et « Maroc, Royaume des 1001 Fêtes » ainsi que de nombreuses publications.

Lundi 4 Novembre 2019

Lu 1325 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.