Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite : Garde légale




Garde légale

Après une longue bataille judiciaire, un tribunal pour enfants à Bangkok a accordé mardi, à un ressortissant japonais, la garde légale de 13 bébés nés de mères porteuses thaïlandaises.
L'affaire remonte à 2014 lorsque la police a découvert six mères porteuses vivant dans un même appartement avec des bébés d’un même père japonais.
Mitsutoki Shigeta, fils d'un magnat japonais, a quitté le pays à la suite du scandale baptisé par la presse locale "fabrique à bébés" et les nourrissons ont été remis à des services sociaux.
Plus tard, le père et les mères porteuses ont entamé une procédure judiciaire pour récupérer les bébés.
"Pour leur bien-être, les 13 bébés sont déclarés enfants légaux du plaignant qui en est désormais l’unique parent", a indiqué le tribunal dans son jugement, argumentant également une telle décision par le fait que le plaignant dispose des moyens nécessaires pour élever comme il se doit ses enfants au Japon.
Les mères porteuses thaïlandaises ont signé un accord où elles abandonnent leurs droits parentaux au profit du père, selon l’énoncé du verdict du tribunal.
L’avocat du plaignant a déclaré à la presse que son client, qui a embauché des infirmières et des nounous pour prendre soin de ses bébés au Japon, va aussitôt engager les procédures pour le retrait des bébés de la garde des services sociaux avant de les emmener au Japon.
Après plusieurs scandales liés au commerce des mères porteuses, la Thaïlande a interdit cette pratique pour les étrangers. Les agences de procréation par substitution ont ensuite transféré leurs activités au Cambodge voisin. Ce dernier a emboîté le pas à la Thaïlande et interdit le commerce des mères porteuses en 2016.
Ces derniers mois, ce commerce s'est déplacée vers le Laos où il n y a aucune restriction sur la maternité de substitution.

Libé
Lundi 5 Mars 2018

Lu 240 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Septembre 2020 - 15:28 Le diabète de type 2 favorisé par l’insomnie