Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Insolite : Coiffeur devant la justice




Un coiffeur australien a été traîné en justice par une mère de famille, car il aurait refusé de coiffer  sa fille.
Cet incident est survenu dans la ville de Sydney en Australie peu de temps avant Noël dernier, rapporte news.com.au. Le propriétaire d’un salon de coiffure, Hunter Hill Barber, du nom de Sam Rahim, est poursuivi pour discrimination sexiste auprès de la Commission des droits de l’Homme et de l’égalité des chances.
Une mère de famille a décidé de porter plainte contre lui, car il n’aurait pas accepté de raser les cheveux de sa fille. Pour la plaignante, le coiffeur aurait ‘simplement refusé de passer la tondeuse sur la nuque de [sa] fille’ car celle-ci était de sexe féminin.
De son côté, le coiffeur mis en cause a justifié son refus en expliquant ne pas maîtriser les coupes de cheveux féminines. Sam Rahim a évoqué la bataille juridique d’environ un an, en confiant ‘avoir vécu une période extrêmement stressante’. Il a aussi raconté songer fermer boutique, car il était tellement bouleversé par cet incident.
Cette affaire juridique très médiatisée a été réglée à l’amiable. Sur Facebook, le coiffeur a tenu à écrire : ‘Cette fille est la bienvenue dans mon salon de coiffure et je serais heureux de lui fournir le même service que je dispense aux autres clients, sans distinction de genre’. Il a aussi ajouté: ‘Les femmes sont les bienvenues ici mais je ne peux les coiffer que dans la limite de mes compétences’. Grâce à un compte GoFundMe créé par des internautes pour l’aider, Sam Rahim a pu gagner près de 30000 dollars. Cette somme servait notamment à financer ses frais judiciaires.

Mardi 31 Juillet 2018

Lu 456 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.