Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Halilhodzic limogé à deux mois du Mondial




Halilhodzic limogé à deux mois du Mondial
Le Franco-Bosnien Vahid Halilhodzic a été limogé lundi de son poste de sélectionneur de l'équipe nationale du Japon après un mandat tumultueux, à seulement deux mois du Mondial-2018 en Russie.
Il est remplacé par le Japonais Akira Nishino, un entraîneur expérimenté en championnat (J-League), a annoncé la Fédération japonaise de football (JFA).
"Nous avons pensé que le nouveau sélectionneur devait être issu de la fédération, étant donné qu'il ne nous reste plus que deux mois avant le Mondial", a déclaré le président de la JFA Kozo Tashima lors d'une conférence de presse.
"Il y a toujours des risques (...), la décision arrive peut-être un peu tard", a-t-il reconnu, tout en disant espérer "augmenter les chances de victoire" du Japon avec cette "mesure d'urgence".
Nommé en mars 2015, Vahid Halilhodzic a mené les "Samouraïs bleus" vers la qualification pour leur sixième Coupe du monde d'affilée, a-t-il rappelé, saluant un sélectionneur "très sérieux et passionné, qui adore le football plus que quiconque".
Mais les derniers résultats en préparation ont été décevants (nul 1-1 contre le Mali, défaite 1-2 face à l'Ukraine). "La communication et la confiance avec les joueurs s'est trouvée ébranlée", a affirmé M. Tashima.
Le Franco-Bosnien s'est montré "un peu sous le choc et en colère", "il n'avait pas l'air de s'y attendre", a raconté le président de la Fédération, qui a fait spécialement le déplacement à Paris pour l'en informer.
Depuis son arrivée au Japon, son mandat n'avait pas été de tout repos, émaillé de conflits avec la fédération.
Lundi, avant l'officialisation de la nouvelle, le quotidien Nikkan Sports avait fait état "d'un sentiment grandissant de crise face aux performances de l'équipe qui n'a pas montré de signes de progrès à moins de 70 jours de la Coupe du monde", organisée du 14 juin au 15 juillet en Russie. Un autre journal sportif avait évoqué "un manque d'unité" entre les joueurs et lui.
Son successeur Akira Nishino, 63 ans, actuel directeur technique de la JFA, est un ancien milieu de terrain international. Il a entraîné plusieurs clubs de J-League, dont Gamba Osaka avec lequel il a remporté le titre national.
Il a aussi dirigé l'équipe olympique à Atlanta en 1996, offrant au football japonais un de ses moments les plus marquants: une victoire face au Brésil de Roberto Carlos et de Ronaldo, restée dans les mémoires sous le nom de "miracle de Miami".
Il lui reste peu de temps pour redonner confiance aux joueurs japonais, qui n'ont jamais semblé convaincus par Vahid Halilhodzic, souvent décrit comme autoritaire.
En septembre, l'ex-entraîneur du Paris SG (2003-2005) avait déploré "des critiques gratuites". "A ceux qui m'ont attaqué, je leur dis: dommage, mais je vais juste continuer mon travail", avait-il lancé. La veille, il avait pourtant laissé entendre qu'il pensait quitter son poste "pour des raisons personnelles".
Dans un entretien à l'AFP en novembre 2016, il avait admis "bousculer peut-être certaines choses". "Je dis des choses que tout le monde ne peut pas apprécier. Mais si tu fais l'unanimité, c'est pas bien", s'était-il défendu.
Il jugeait les joueurs "trop respectueux". "J'aimerais bien de temps en temps qu'ils soient plus agressifs, plus malins, plus vicieux", disait le technicien, déjà évincé sans ménagement en 2010 après avoir manqué sa CAN avec la Côte d'Ivoire quelques mois avant le Mondial en Afrique du Sud.
Début avril, le sélectionneur espérait encore aider le Japon à "faire quelque chose de remarquable" en Russie. "Je n'oublierai jamais l'accueil qu'on a eu après la Coupe du monde à Alger", confiait celui qui avait conduit en 2014 l'Algérie à une qualification historique pour les huitièmes de finale du Mondial. "J'espère qu'on va refaire la même chose avec le Japon", disait-il dans l'émission Téléfoot.
Le Japon a hérité d'un groupe difficile au Mondial-2018: opposé à la Colombie, le Sénégal et à la Pologne, il lui faudra accomplir un exploit pour, comme en 2002 et 2010, atteindre les huitièmes de finale.

Mardi 10 Avril 2018

Lu 344 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés