Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Gustave Massiah, une des figures de proue du mouvement altermondialiste :

“La crise économique a marqué l’effondrement du néolibéralisme”




Gustave Massiah, une des figures de proue du mouvement altermondialiste :
Gustave Massiah est une
personnalité centrale  du mouvement altermondialiste. C’est l’un des membres
fondateurs du Forum social mondial. Il est également
président du Centre de recherche et d’information pour le développement (CRID), ancien vice-président d’ATTAC-France et membre du Conseil scientifique d’Attac et du Cedetim. Entretien.

Libé : La dernière réunion du Conseil international du Forum social mondial s’est tenue au Maroc. Qu’est-ce qui a justifié ce choix ? Le comité d’organisation a-t-il assuré les conditions favorables pour le bon déroulement de cet événement important ?

Gustave Massiah : Le Conseil international a voulu marquer sa satisfaction des réussites du Forum social maghrébin et du rôle que les associations du Maghreb jouent dans le développement du processus des forums sociaux. Le Maroc a été choisi pour le rôle joué par les associations marocaines dans le Forum social maghrébin et surtout de la vigueur de la société civile marocaine et des mouvements sociaux et citoyens au Maroc. Le Conseil international a aussi été très sensible à la proposition d’organiser un séminaire sur la préparation d’un forum social Maghreb-Machrek et sur le mouvement altermondialiste dans le monde arabe.
Le comité d’organisation a fait un excellent travail. Nous avons bénéficié d’une hospitalité, d’une disponibilité et d’une efficacité remarquables pour le séminaire, la rencontre du Conseil africain et le Conseil international. La bonne ambiance du Conseil international doit beaucoup à cet accueil et à la qualité de l’organisation. Je voudrais aussi saluer la contribution d’Action Jeunesse et la mobilisation de tous les jeunes qui se sont investis sans compter leur temps et leur peine et qui ont su combiner le sérieux et une dimension joyeuse et festive.

Quelle évaluation faites-vous des travaux des commissions et quelles étaient les décisions phare de ce Conseil ?

Les commissions assurent la continuité de l’action du Conseil international. Les réunions du Conseil permettent de faire le point du travail des commissions  et de le faire valider. La commission méthodologie a travaillé sur le bilan des assemblées tenues à Belem. Elle a précisé les règles proposées à toutes les initiatives qui s’inscrivent dans le processus des forums. La commission expansion a examiné et instruit les candidatures au Conseil. Elle a travaillé sur les possibles élargissements à la région Maghreb et Machrek. La commission communications a travaillé sur les liaisons avec les forums nationaux et locaux. Elle a examiné la question du rapport du forum avec les médias et sur le rôle d’internet. La commission stratégie a proposé les formes de la poursuite du débat sur la stratégie des forums. Elle a proposé qu’une journée internationale sur la crise soit organisée au forum des Etats-Unis à Détroit, en juin 2010. La commission des finances a étudié la mobilisation des financements pour le forum de 2011 à Dakar.
Le Conseil international a débattu des résultats du séminaire Maghreb et Machrek et sur la stratégie des forums sociaux mondiaux par rapport à la crise. Il a adopté par acclamations la proposition du Conseil africain de fixer le prochain Forum social mondial, en 2011, à Dakar au Sénégal. Il a enregistré plus de vingt initiatives, régionales, thématiques ou nationales, en 2009 et 2010, et il a considéré que 2010 serait une année mondiale d’actions du Forum. Parmi ces initiatives, le Forum social sur l’éducation en Palestine, le Forum sur la crise de civilisation en Amérique andine, les Forums au Québec, au Mexique et aux Etats-Unis préparant un forum de l’Amérique du Nord, l’anniversaire des dix ans du FSM au Brésil, etc. Il a fixé la prochaine réunion du Conseil international à Montréal, du 6 au 9 octobre 2009, la veille du 2ème Forum social québécois. 

Avant la tenue du Conseil à Harhoura, des dynamiques sociales et représentants des mouvements sociaux de la région Machrek-Maghreb se sont réunis au même endroit dans l’objectif de discuter la possibilité de constituer un Forum social Maghreb/Machrek. Le processus est en marche, un document constitutif est déjà mis en place. Comment jugez-vous ce processus et comment percevez-vous l’avenir de ce projet altermondialiste?

Il s’agit d’un événement considérable pour le FSM et pour les mouvements sociaux de la région.
Pour ce dernier, l’élargissement a été continu en dix ans. Il reste deux grandes régions dans lesquelles le mouvement altermondialiste ne s’est pas encore renforcé : le Machrek et la Chine. Notons que pour la première fois, trois représentants officiels de la coalition des ONG chinoises ont assisté au Conseil international et ont insisté sur la montée en puissance de la société civile chinoise et de son intérêt pour le processus des forums. 
Le mouvement altermondialiste est très présent au Maghreb comme l’a démontré le Forum social maghrébin. Au Machrek, le mouvement est très faible en dehors de la Palestine et du Liban. Dans les pays du Golfe, il est pratiquement absent. Notons qu’il s’agit plus d’une faiblesse dans le monde arabe plutôt que dans le monde musulman, le Forum social mondial à Karachi a été très important et des initiatives ont été fortes en Indonésie.
La présence de mouvements sociaux, et d’une forte présence des syndicats, de presque tous les pays de la région au Maghreb (Algérie, Maroc, Mauritanie, Tunisie), et au Machrek  (Egypte, Irak, Jordanie, Liban, Palestine). L’articulation avec le Moyen-Orient a été discutée notamment avec la Turquie, le Golfe (Arabie Séoudite, Emirats, Koweit, Yémen) et les pays de l’Asie orientale (Afghanistan, Iran, Pakistan). Une discussion a eu lieu sur la caractérisation du Forum social à préparer : Maghreb et Machrek, Forum social arabe, Moyen-Orient. C’est le premier qui a été retenu pour l’instant. Les débats ont été passionnants et passionnés. Ils ont porté sur la situation des mouvements (syndicats de salariés, paysans, femmes, jeunes, défense des droits) et aussi sur les rapports avec les mouvements religieux. Plusieurs questions ont été discutées notamment, la question sahraouie, la question de l’islam politique, la question des femmes, la question des droits, des libertés et de la nature des régimes, la question des migrations, l’évolution géopolitique par rapport à la région, les issues de la crise et le rôle des mouvements de la région. Les guerres en Palestine, Liban, Irak, Afghanistan ont aussi été discutées. L’espace des forums sociaux, fondé sur le respect de la diversité et la convergence des mouvements, permettra à ces débats de se poursuivre sans empêcher la convergence des mouvements sociaux et citoyens du Maghreb et du Machrek.
Plusieurs initiatives ont été prévues, notamment un forum social syndical en Algérie, un séminaire commun sur les mouvements paysans en Egypte. La rencontre avec le forum africain a été fraternelle et très positive. Le Forum social maghrébin  a soutenu la proposition du FSM à Dakar en 2011 et a décidé de s’investir dans sa préparation. Il a décidé aussi de s’associer au Forum social sur la crise, les migrations et la souveraineté alimentaire prévu au Niger en 2010.

Le système capitaliste et néolibéral connaît actuellement une véritable crise. Devant ce constat, les mouvements sociaux antisystémiques qui luttent contre l’exploitation capitaliste, la discrimination et l’absolutisme des Etats sont de plus en plus présents sur le terrain. Les Forums sociaux qui se constituent à travers le monde, sont-ils en mesure d’encadrer ces luttes
sociales ?


Le mouvement altermondialiste se définit par rapport à la phase néolibérale de la mondialisation capitaliste. C’est un mouvement antisystémique. Les résistances et les luttes qui caractérisent l’altermondialisme ont commencé dès le début du néolibéralisme à la fin des années 70. Elles ont pris une nouvelle vigueur avec la crise qui a marqué l’effondrement idéologique du néolibéralisme et, d’une certaine manière, a confirmé les critiques et les remises en cause portées par les résistances. La crise va faire évoluer le caractère antisystémique du mouvement. La remise en cause du néolibéralisme rend plus apparente la logique fondamentale du système, la logique capitaliste.
Les luttes mêlent alors les résistances par rapport aux dérives autoritaires et aux politiques qui veulent faire payer la crise aux plus démunis et aux pays pauvres, les revendications de réforme du système et les volontés de rupture remettent en cause les fondements du capitalisme. Ils constituent des moments et des espaces qui permettent la convergence des mouvements et le débat stratégique entre les mouvements sociaux et citoyens sur les résistances, les luttes, les pratiques et les politiques pour lutter contre le néolibéralisme et pour le dépassement du capitalisme.
Les Forums sociaux n’ont pas pour objectif d’encadrer les luttes sociales ; il n’y a pas de direction du mouvement altermondialiste. Ils proposent des espaces pour permettre aux mouvements sociaux et citoyens de se connaître, de confronter et de partager leurs analyses et leurs propositions. Ils favorisent également les actions citoyennes. Dans les forums sociaux, personne ne peut parler au nom de tout le monde, et il n’y a pas de déclaration du Forum. Mais tout ceux qui le désirent peuvent se regrouper, constituer des coalitions, décider des mobilisations et des actions communes. Ils peuvent publier des déclarations à partir du forum mais non du forum.

Dans l’un de vos articles, intitulé « Les dangers et les opportunités de la crise globale », vous avez évoqué les concepts de «démocratie mondiale » et de «contrat social mondial ». Certains intellectuels, notamment dans la région Maghreb-Machrek, considèrent que les fléaux et le sous-développement proviennent de l’intérieur (classe dominante, et gouvernements tyranniques). Qu’en pensez-vous?

Le mouvement altermondialiste n’est pas le seul mouvement antisystémique de la période actuelle. D’autres mouvements contestent l’ordre social et la politique mondiale, c’est le cas de plusieurs mouvements identitaires, religieux ou nationalistes. Le mouvement altermondialiste met en avant les différentes dimensions de la crise : sociale économique, écologique, géopolitique et idéologique.
Le capitalisme est international depuis ses premières phases, il y a quatre ou cinq siècles. Cette dimension s’est renforcée avec la phase néolibérale de la globalisation capitaliste. Les réponses à la crise et les alternatives au capitalisme ne peuvent négliger la dimension mondiale. Nos propositions doivent aussi se situer à ce niveau. Par exemple, peut-on aujourd’hui envisager une redistribution des richesses qui ne se situe pas au niveau mondial ? Ne doit-on pas définir au niveau mondial, un revenu minimum, qui soit supérieur au seuil de pauvreté dans chaque pays et mettre en place des taxes et des transferts internationaux correspondants ? C’est le sens que je donnais au contrat social mondial. De même, la question des libertés et du respect des droits fondamentaux, civils et politiques, mais aussi économiques, sociaux, culturels et environnementaux, nécessitent une avancée considérable du droit international et l’invention d’une démocratie mondiale qui ne peut se réduire à l’addition des démocraties nationales.
Cette nécessité de penser et d’agir au niveau mondial n’implique aucunement de sous-estimer les autres niveaux, particulièrement le niveau national. La transformation sociale se définit dans l’articulation des quatre espaces : local, national, les grandes régions (notamment Maghreb et Machrek) et mondial. Sans oublier l’espace de l’entreprise et de la production. Chacun de ces niveaux est pertinent du point de vue des mouvements sociaux et citoyens, des résistances, des pratiques et de l’élaboration critique.
Le niveau national reste un niveau pertinent et fondamental d’action et de transformation. Mais il n’est pas suffisant et ne résume pas tous les autres. Une des questions posées dans les forums concerne la redéfinition du politique, des nouveaux rapports entre le social et le politique. Immanuel Wallerstein rappelle que l’équation stratégique qui s’est imposée il y a quelques siècles peut s’énoncer ainsi : il faut créer un parti, pour conquérir l’Etat, pour changer la société. Cette équation garde sa vigueur et une certaine efficacité pour la prise du pouvoir. Mais, pour le changement de société, elle tend à la reproduction plutôt qu’au dépassement du capitalisme. L’effondrement du « soviétisme », terme que Samir Amin propose et à ne pas confondre avec socialisme, confirme cette hypothèse. De fait, un parti conçu pour conquérir l’Etat se transforme en parti-Etat avant même d’avoir conquis l’Etat, ce qui contribue à la désaffection des citoyens pour les « classes politiques ». Et, l’Etat n’est pas la seule manière de transformer la société, bien que son rôle en la matière soit essentiel. Le débat est ouvert entre les conceptions de l’Etat-social, prôné par certains du fait même de la remise en cause de l’Etat par le néo-libéralisme, et les interrogations sur la nature de classe de l’Etat. De même le débat est ouvert sur le rôle des mouvements et de la société civile dont Gramsci avait perçu l’importance, même si ce terme est souvent galvaudé.    
Les forums sociaux ne négligent pas l’intérêt des gouvernements qui s’engageraient dans des transformations sociales et qui contesteraient l’hégémonie, notamment aujourd’hui celle des Etats-Unis, de l’Europe et du Japon, dans les relations internationales. Mais ils affirment l’importance de l’autonomie des mouvements sociaux et citoyens. Par exemple à Belem, cinq chefs d’Etat de la région Amérique latine avaient fait savoir leur intérêt pour le Forum. Le Conseil international avait répondu que d’une manière générale, il n’invitait personne dans les forums, mais que si des mouvements invitaient des chefs d’Etat, ils pouvaient venir à certaines conditions, à l’extérieur de l’espace du forum. Deux réunions ont eu lieu avec les chefs d’Etat. L’une a été organisée à l’invitation de certains syndicats avec les cinq chefs d’Etat. L’autre à l’invitation de mouvements paysans, a invité quatre des chefs d’Etat et a refusé d’inviter le président du Brésil, Lula, pour marquer les désaccords du MST (Mouvement des sans terre du Brésil) avec sa politique de réforme agraire, démontrant ainsi l’autonomie des mouvements du FSM par rapport aux gouvernements. 
Ceci étant, une stratégie et une politique se définissent en fonction d’une situation, et il revient aux mouvements, dans chaque pays, de se déterminer. Les forums sociaux leur offrent la possibilité de discuter de leur stratégie, de vérifier leurs hypothèses, de tenir compte des autres expériences et de bénéficier du soutien et de la solidarité des autres mouvements.

Après Belem en Amazonie, le prochain FSM aura lieu au Sénégal en l’an 2011. Quelles sont les thématiques importantes qui doivent y être débattues ?

Le Forum social mondial de Dakar sera un événement majeur. Il se tiendra en Afrique pour marquer le refus que la crise soit payée par les pauvres et les pays pauvres. Le refus de la marginalisation de régions dans l’économie mondiale, notamment de larges régions d’Afrique. Le refus aussi d’un directoire de vingt pays, le G20 qui cache difficilement le G7, et rejette 172 pays. Le FSM sera surtout l’occasion de montrer la vigueur des mouvements sociaux et citoyens africains et leur place dans le mouvement altermondialiste. Au cours des trois dernières années, l’Afrique est le continent où il y a eu le plus de forums nationaux et régionaux, sans compter deux forums mondiaux, ceux de Bamako et de Nairobi. 
Les thèmes retenus résulteront des propositions des associations et des mouvements, les FSM fonctionnant à partir des activités autogérées. Certains thèmes émergent déjà, celui des réponses à la crise, celui des rapports entre l’écologie et le social, celui des droits et des libertés. Le FSM de Dakar sera irrigué par les initiatives, plus d’une vingtaine déjà identifiées, qui se dérouleront fin 2009 et en 2010, sur la crise de civilisation, les migrations, l’éducation, la souveraineté alimentaire, l’emploi, etc. Il devra aussi marquer une nouvelle phase dans l’organisation du processus des forums qui devra tenir compte de l’ancrage des forums sociaux locaux, nationaux, régionaux, des thématiques et des formes nouvelles de mobilisation des mouvements sociaux et citoyens. Le processus des forums sociaux mondiaux, confronté à des responsabilités nouvelles dans la période et par rapport à la crise globale, devra entamer une nouvelle phase de son histoire.

Propos recueillis par Montassir Sakhi
Samedi 6 Juin 2009

Lu 1121 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés