Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Grave menace sur le passage frontalier d’El Guerguarat

Un groupe de Sahraouis menace d’y rééditer l’affaire du camp de G’deim Izik




Alors que le Secrétaire général de l’ONU vient de s’adresser, pour la troisième fois depuis février 2017, aux parties du conflit artificiel autour du Sahara marocain pour leur demander de garantir la libre circulation des personnes et des biens au niveau du poste-frontière d’El Guerguarat, un groupe de jeunes Sahraouis menace de rééditer l’affaire du camp de G’deim Izik.
Ces Sahraouis sont des commerçants et des transporteurs qui se soulèvent contre la dernière décision des services des douanes d’appliquer une loi interdisant aux petits ou moyens véhicules de transport de marchandises de dépasser les poids prescrits sur les cartes grises.
Cette décision, prise, il y a quelque temps à Casablanca,  avait suscité une grève des camionneurs poussant le département des transports à l’annuler.
Mais comme on le sait, la zone d’El Guerguarat a un statut particulier qui doit inciter les autorités à plus de prudence dans les décisions qu’elles prennent. 
Il y a quelques semaines, une délégation de l’Union européenne a eu des entretiens avec les autorités marocaines et mauritaniennes pour leur demander de garantir la libre circulation des personnes et des biens.
Ces entretiens avaient été initiés par les représentants de l’Espagne dont plusieurs ressortissants ayant des intérêts en Mauritanie se sont plaints des blocages au niveau de ce poste-frontière.
Même si les forces onusiennes de la MINURSO se sont déployées autour du camp déjà érigé par les contestataires qui, jusqu’à présent, n’ont pas bloqué la circulation, ces unités militaires ne font rien pour dégager les lieux. 
On se souvient que lors du blocage de ce passage par des jeunes chômeurs de la région, des élus avaient réussi à les convaincre de lever leur barrage contre des promesses que certains des contestataires qui promettent de récidiver, qualifient de mensongères.
En attendant qu’une solution soit trouvée, les prétendus séparatistes de l’intérieur qui attendent les instructions de Rabouni, préparent déjà l’opinion publique locale à l’éventualité d’un Gdeim Izik 2.
 

Ahmadou El-Katab
Lundi 14 Octobre 2019

Lu 1177 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com