Glissement de terrain au Venezuela: Partir ou rester, le dilemme des victimes


Libé
Vendredi 14 Octobre 2022

Glissement de terrain au Venezuela: Partir ou rester, le dilemme des victimes
A la place des murs, un trou béant. La maison de Jorgymar Mendoza, 37 ans, ne tient que grâce à une fine colonne de béton, des parois ayant disparu dans la coulée de boue qui a fait au moins 36 morts et 56 disparus samedi à Las Tejerias, au centre-nord du Venezuela.

Le jour de la tragédie, un ouvrier travaillait pour améliorer la maison où elle vit avec son mari et ses enfants. "Je suis sortie deux minutes avant que le mur ne se brise, je suis en vie parce que Dieu l'a voulu", raconte-t-elle à l'AFP, montrant les dégâts de sa maison construite près du lit d'un petit ruisseau.

Lors de la catastrophe, les eaux sont montées d'une quinzaine de mètres, balayant tout sur leur passage. Plus de 300 maisons ont été détruites et 700 autres ont été endommagées, selon le bilan officiel.

L'incertitude plane. Certains habitants qui ont tout perdu envisagent de s'en aller ne voyant pas comment ils vont pouvoir récupérer quoi que ce soit de leurs maisons envahies par la boue. D'autres, en revanche, refusent l'idée de partir et essayent de sauver le peu qui leur reste.

"Nous ne voulons pas quitter la maison. C'est dur de passer beaucoup de temps dans un refuge, il n'y a pas d'intimité, il n'y a rien", explique Miguel Segovia, qui a eu 69 ans le 8 octobre, justement le jour de la pire catastrophe naturelle que le Venezuela ait connue depuis des décennies.

 Lui et sa famille ont sorti des meubles et des vêtements de leur maison complètement couverts de boue pour les faire sécher au soleil. Pour le moment, ils dorment chez des voisins qui n'ont pas été touchés.

La maison d'Isaac Castillo, un homme d'affaires de 45 ans, est inhabitable. Il dit vouloir partir pour recommencer une nouvelle vie ailleurs.
"C'est la perte totale, la dévastation", dit-il à l'AFP en montrant sa maison recouverte de plusieurs mètres de boue. Seul le haut de l'édifice est visible.

Des centaines de familles dans cette ville entourée de montagnes et de rivières ont construit leurs maisons dans ces zones à risque. Après le glissement de terrain, leurs habitations sont encore plus vulnérables, fragilisées et reposant sur des terrains meubles.

Las Tejerias "ne sera plus jamais la même", estime Isaac. C'est pourquoi "la plupart des voisins ont accepté de quitter cette zone". Isaac, qui a participé aux travaux de récupération des corps ensevelis sous des tonnes de boue, a vécu la terreur de près lorsque la vague de plus de 15 mètres de haut a déferlé sur Las Tejerias.

"On aurait dit un volcan d'eau. Les maisons ont été littéralement arrachées et emportées par les flots comme des petits bateaux", assure Isaac, qui veut partir dès que possible.

Julia Ramos, une agricultrice de 58 ans, aimerait déménager, mais n'en a pas les moyens. Elle vit seule avec son fils de 35 ans atteint du syndrome de Down et craint une nouvelle coulée ou inondation.

"C'est trop effrayant (...) Je sais que nous sommes des envahisseurs (occupants illégaux), mais qu'est-ce qu'on peut faire?", pleure Julia, qui vit dans une maison à côté de l'un des ruisseaux qui a débordé.

Jorgymar Mendoza, elle, est reconnaissante d'être en vie et va aussi tourner la page: Il est maintenant temps de "repartir de zéro", dit-elle.


Lu 401 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe










L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        





Flux RSS
p