En France, la prison surpeuplée de Bordeaux-Gradignan, "enfer" sans issue


Libé
Vendredi 15 Décembre 2023

"C'est l'enfer": la prison française de Bordeaux-Gradignan souffre d'une surpopulation dépassant 200% et ses conditions de détention "indignes", devenues un symbole du malaise carcéral, perdurent selon des associations, malgré quelques progrès.


Alors que le nombre de détenus en France a atteint un nouveau record à 75.130 pour 61.000 places en novembre, ce centre pénitentiaire du sud-ouest édifié dans les années 1960 a fait l'objet de plusieurs procédures et rapports accablants depuis un an en raison de sa vétusté et de son engorgement.


Au 11 décembre, jour de visite parlementaire à laquelle l'AFP a pu se joindre, on comptait 644 détenus hommes pour 305 places et 49 femmes pour 22 places. Une centaine de cellules étaient en "triplette", avec des lits superposés et un troisième matelas au sol.
Soit un taux d'occupation de 211%, l'un des plus élevés de France. A cela s'ajoutent les insectes, les infiltrations d'eau, la saleté...
"Les cafards, on les écrase ou on les jette, c'est sans fin", témoigne un détenu âgé de 20 ans.


Le jeune homme, jogging coloré et bouc au menton, sirote un café en utilisant un bocal en guise de tasse. Dans sa cellule de 8 mètres carrés, il cohabite avec deux autres détenus et dort par terre. Du linge sèche sur des cordelettes, l'unique table est couverte d'ustensiles de cuisine ou de cigarettes.
Pas de porte aux toilettes, dissimulées derrière un simple drap; les murs s'écaillent et au sol, des carreaux partent en lambeaux.
"C'est la promiscuité le plus gênant", résume Jean-Michel Hauquin, délégué de la Défenseure des droits, présent chaque semaine.

"C'est l'enfer de vivre dans ce milieu-là."
Tensions et incidents se multiplient: coups à l'encontre d'un surveillant en août, surveillante ébouillantée en novembre au quartier d'isolement, incendie d'une cellule en décembre...
"Les surveillants sont dégoûtés", raconte Francis Vandenschrick, du syndicat FO Pénitentiaire.

"Sur un étage, au lieu d'avoir 40 détenus, on en a 95. Imaginez leur travail! De temps en temps, ils se mettent en arrêt parce qu'ils n'en peuvent plus."
En 2022, un rapport de la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté avait jugé les conditions à Bordeaux-Gradignan "particulièrement indignes", voire "inhumaines".


L'Observatoire international des prisons (OIP), l'Association de défense des droits des détenus et l'ordre des avocats de Bordeaux ont attaqué l'Etat en justice dans la foulée. Et obtenu du tribunal administratif neuf injonctions concrètes, visant notamment à améliorer la luminosité des cellules, la qualité des repas ou l'accès aux soins médicaux.

L'administration assure aussi avoir investi pour rénover certaines douches.
Mais pas de mesures structurelles, déplore Nicolas Ferran, responsable des contentieux à l'OIP. "Un établissement surpeuplé ne garantit le respect d'aucun droit fondamental parce que tout dysfonctionne", déplore-t-il.


Un an plus tard, en novembre, le tribunal administratif de Bordeaux a estimé satisfaites plusieurs injonctions, avec un point noir persistant: le manque de personnel médical, calculé à partir de la capacité d'accueil théorique.

Actuellement, la prison compte 3,9 médecins généralistes en équivalent temps plein, et 2,8 psychiatres.
"Il y a beaucoup de demandes pour un effectif pas forcément dimensionné", reconnaît le Dr Priscilla Bounat, membre de l'équipe médicale de la prison, décrivant des retards de soins et des "reprogrammations incessantes" de consultations hors les murs, faute d'extractions.


"La politique pénale n'est pas du ressort des Agences régionales de santé", répond l'ARS de Nouvelle-Aquitaine, qui met en avant l'existence de "renforts temporaires" et d'équipements de télémédecine avec 95% des établissements pénitentiaires régionaux équipés.


Alors que 15.000 places supplémentaires sont attendues en France d'ici trois ans, un nouveau bâtiment doit être inauguré en mai à Gradignan, première étape d'un futur complexe de 600 places à l'horizon 2027.
"Ça n'aura plus rien à voir", promet Dominique Bruneau, directeur de la prison.

"On va être sur une prison du XXIe siècle, avec douche en cellule."
Et l'ARS assure de son côté que "toutes les marges de manoeuvre sont mobilisées pour proposer une offre de soins aux détenus dès l'ouverture" en 2024.
Mais une source pénitentiaire craint un "appel d'air" en provenance des prisons surpeuplées des alentours: "Avec 600 places globales en 2027, certains considèrent qu'ils disposent déjà de 1.200."
"600 places, c'est sous-évalué", confirme Francis Vandenschrick de FO Pénitentiaire.




Pour l'OIP, la solution est plutôt du côté de la politique d'application des peines, un avis partagé par Me Christine Maze, bâtonnière de Bordeaux, qui souhaite sortir de la "détention automatique".



Lu 460 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe










L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        





Flux RSS
p