Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers Economie




Accroissement du trafic des passagers à l’aéroport Fès-Saiss au 1er trimestre

Le trafic des passagers au niveau de l'aéroport Fès-Saiss a connu une hausse de 32,29% à fin mars 2018, en comparaison avec la même période de l'année 2017.
Selon des données de l'Office national des aéroports (ONDA), 290.137 voyageurs ont transité par l'aéroport Fès-Saiss durant le premier trimestre de l’année en cours, contre 219.342 passagers au cours de la même période de l'année précédente.
L'aéroport Fès-Saiss a gardé la 4ème position après ceux de Casablanca-Mohammed V, Marrakech-Ménara et Agadir-Al Massira, dans le cadre du classement du trafic aérien commercial par zone.
Au niveau national, le trafic aérien commercial global de passagers a enregistré une hausse de l’ordre de 17,29% en mars dernier par rapport à la même période de l’année écoulée, note la même source.
Au cours du seul mois de mars 2018, un total de 104.500 voyageurs ont utilisé l'aéroport Fès-Saiss, contre 75.914 passagers au cours de la même période de l’année d’avant, soit une hausse de 37,58%.
En 2017, un total de 1.115.595 voyageurs ont transité par cette infrastructure aéroportuaire, contre 892.974 passagers au cours de l'année d’avant, soit une hausse de 24,93%.
Le trafic aérien de cet aéroport durant les dix dernières années a été presque multiplié par quatre en passant de 228.399 passagers en 2006 à 892.974 en 2016, soit une croissance annuelle moyenne de l’ordre de 13%.
Le nouveau terminal de l'aéroport Fès-Saiss, qui constitue une plate-forme de plusieurs compagnies low cost (Ryanair, Easy Jet, Jet Air Fly, Air Arabia..), tend à augmenter considérablement la capacité d’accueil de l'aéroport à 2,5 millions de passagers.


La gestion du risque de crédit en débat lors d’un séminaire international à Rabat

Un séminaire international sur le thème “Gestion du risque de crédit”, animé par des experts de la Banque mondiale, se tient du 7 au 11 mai à Rabat avec pour objectif de permettre aux participants de développer et d’appliquer les outils de gestion du risque de crédit, basés sur diverses catégories d’actifs et de portefeuilles.
Initié par Bank Al-Maghrib (BAM), en collaboration avec la Banque mondiale, ce séminaire connaît la participation d’une quarantaine de cadres relevant de banques centrales étrangères représentant différents pays, notamment les Philippines, le Ghana, la Namibie, le Kenya, Madagascar, la Tunisie, la Palestine, le Paraguay et la Mauritanie, ainsi que des cadres relevant de Bank Al-Maghrib, indique un communiqué conjoint de BAM et de la Banque mondiale.
Ce séminaire, qui se déroule sous forme d’ateliers de travail, débat, entre autres, des mesures du risque de crédit dans la gestion des placements, des différents indicateurs du risque de crédit et leur application pratique, des outils de gestion et de suivi du risque de crédit, des défis actuels au sein des banques centrales ou encore des évolutions récentes du risque de crédit, selon la même source.

Mercredi 9 Mai 2018

Lu 266 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés