Libération


Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des volontaires infectés à la Covid-19 pour une étude inédite





Une étude qui exposera des volontaires au coronavirus, présentée comme la première mondiale du genre, doit commencer au Royaume-Uni dans les prochaines semaines, a annoncé mercredi le gouvernement, après approbation de cet essai clinique par les autorités chargées d’en vérifier l’éthique. L’étude consistera à injecter une faible dose de Covid-19 à jusqu’à 90 volontaires sains âgés de 18 à 30 ans dans un environnement sécurisé, a indiqué le gouvernement dans un communiqué.

L’essai tentera d’évaluer la plus petite quantité de virus nécessaire pour provoquer une infection, dans le but de développer des vaccins et des traitements contre la maladie. “Bien qu’il y ait eu des progrès très positifs dans le développement de vaccins, nous voulons trouver les meilleurs vaccins et les vaccins les plus efficaces pour une utilisation à plus long terme”, a déclaré le ministre chargé des Entreprises, Kwasi Kwarteng.

Il a expliqué que l’étude “aiderait à accélérer les connaissances des scientifiques sur la façon dont le coronavirus affecte les gens et pourrait favoriser le développement rapide de vaccins”. Le Royaume-Uni, l’un des pays les plus durement touchés en Europe par le nouveau coronavirus avec plus de 118.000 décès, a été le premier pays occidental à lancer une campagne massive de vaccination contre la Covid-19, en décembre. Plus de 15 millions de personnes, notamment celles âgées de plus de 70 ans et les soignants, ont reçu une première dose de vaccin. L’étude, financée par le gouvernement à hauteur de 33,6 millions de livres (38,6 millions d’euros), est réalisée en partenariat avec le Royal Free Hospital de Londres. 

Une fois la phase initiale de l’étude terminée, les vaccins validés par les essais cliniques, pourraient être administrés à un petit nombre de volontaires qui seraient ensuite exposés au virus Covid-19, afin d’identifier les vaccins les plus efficaces. “Notre objectif final est de déterminer quels vaccins et traitements fonctionnent le mieux pour vaincre cette maladie, mais nous avons besoin de volontaires pour nous soutenir dans ce travail”, a déclaré le chercheur en chef Chris Chiu de l’Imperial College de Londres. Au cours de l’étude, des médecins et des scientifiques seront disponibles 24 heures sur 24 pour veiller à la sécurité des volontaires et surveiller les effets du virus.
 

Libé
Vendredi 19 Février 2021

Lu 665 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.