Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

David Pollock : En rompant ses liens avec Rabat,Alger veut détourner l'attention de ses problèmes internes


La décision de l'Algérie de rompre ses liens diplomatiques avec le Maroc est "vraisemblablement une tentative de détourner l'attention de ses problèmes internes", écrit l’expert du think tank américain "The Washington Institute", David Pollock.

"L'Algérie, à mon avis, joue le rôle principal dans cette tragi-comédie", estime le politologue, expliquant que derrière la campagne médiatique et diplomatique menée par Alger contre le Maroc "se cache probablement la situation intérieure difficile du gouvernement algérien".

"Il s'agit d'un gouvernement impopulaire et autocratique, malgré les élections, qui a dû faire face à des protestations massives de l'opposition (Hirak) et d'autres mouvements sociaux au cours des deux dernières années; il dirige aujourd'hui une économie en fort déclin avec peu de perspectives de reprise à court terme", fait remarquer l’expert américain.

"Essayer de détourner le mécontentement populaire en désignant des boucs émissaires étrangers est une technique usée mais éprouvée de ces régimes", a-t-il souligné.

Pour M. Pollock, le récent discours de SM le Roi Mohammed VI à l'occasion de la Fête du Trône est "notablement conciliant envers l’Algérie".

Evoquant la position des Etats-Unis face à cet épisode, l'analyse américain a estimé que "Washington, qui souhaiterait maintenir sa vieille alliance avec le Maroc tout en améliorant ses liens avec l’Algérie, ne peut que regarder avec désarroi les deux pays s’éloigner l’un de l’autre".

L’expert a néanmoins ajouté que les responsables américains sont "submergés" ces jours-ci par des crises et dilemmes bien plus graves, allant de l’Afghanistan à l’Iran, sans parler des défis économiques et sanitaires domestiques auxquels le pays est confronté.

"Par conséquent, personne ne doit s'attendre à une tentative américaine efficace de gestion des conflits ou de médiation en Afrique du Nord", a-t-il affirmé, notant que "le point positif pour toutes les parties concernées est simplement que personne ne souhaite vraiment s'adonner aux risques imprévisibles d'une vraie confrontation".

"En bref, la rupture diplomatique entre l'Algérie et le Maroc est une source de préoccupation, mais pas d'alarme majeure" pour les Etats-Unis, a conclu l'expert américain.


Libé
Jeudi 2 Septembre 2021

Lu 907 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:20 La réadmission a un coût

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:00 Main basse sur la mairie de Rabat

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS