Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Comment le changement climatique entretient et alimente les maladies infectieuses


Libé
Lundi 13 Mai 2024

Plus chaude, plus polluée, plus inhospitalière... La planète a changé sous les effets de l'activité humaine et, dans ce nouvel environnement, les maladies infectieuses progressent.
De récentes études font état des conséquences complexes du changement climatique provoqué par l'Homme, entre propagation de certaines maladies et nouveaux modes de transmission pour d'autres.

En cause notamment, des espèces vectrices comme le moustique qui prospèrent sous un climat plus humide aux températures élevées, et des animaux porteurs de maladies qui se rapprochent des humains à mesure que leur habitat disparaît.

La perte de biodiversité semble jouer un rôle majeur dans la multiplication des maladies, selon une étude publiée cette semaine dans la revue scientifique Nature.

Ont été analysées près de 3.000 bases de données issues de travaux antérieurs pour découvrir comment la perte de biodiversité, le changement climatique, la pollution, la destruction ou la modification des habitats, ainsi que l'introduction de nouvelles espèces jouent sur le développement de maladies infectieuses chez l'humain, les animaux et les végétaux.

L'érosion de la biodiversité est apparue comme le premier facteur, suivie par le changement climatique et l'introduction de nouvelles espèces.

Les parasites ciblent des espèces qui sont présentes en masse et offrent donc plus d'hôtes potentiels, souligne Jason Rohr, l'un des auteurs, professeur de biologie à l'université de Notre Dame.

Et les espèces avec une population plus importante sont plus susceptibles de "se consacrer à leur croissance, leur reproduction et leur propagation au détriment de la défense contre les parasites", a-t-il expliqué à l'AFP.

En face, les espèces plus rares et plus résistantes sont plus vulnérables au déclin de la biodiversité, ce qui se traduit par une proportion plus grande d'espèces abondantes et sensibles aux parasites, a détaillé le scientifique.
"S'il y a plus de génération de parasites ou de vecteurs, alors il peut y avoir plus de maladies", a résumé M. Rohr.

Cependant, l'empreinte humaine sur la planète n'a pas fait qu'accroître les risques.
La perte ou le changement d'habitat ont été associés dans certains cas à un recul des maladies, surtout grâce aux progrès venus avec l'urbanisation, comme l'eau courante et les égouts.
Et les conséquences du changement climatique ne sont pas les mêmes partout.
Dans les régions tropicales, le climat plus chaud et humide entraîne une explosion des cas de dengue. Mais en Afrique, des conditions plus sèches pourraient permettre d'endiguer la propagation de la malaria.

Une étude publiée cette semaine dans la revue Science a modélisé les interactions entre le changement climatique, les précipitations et les processus hydrologiques tels que l'évaporation et la vitesse à laquelle l'eau pénètre les sols.

Cette recherche prédit une réduction des zones propices à la transmission plus importante que celle prévue par des analyses fondées sur les seules précipitations.

L'étude avance que la saison de transmission du paludisme pourrait être plus courte de quatre mois dans certaines régions d'Afrique, par rapport à ce qui était précédemment estimé.

Néanmoins, ces observations ne sont pas forcément de bonnes nouvelles, a tempéré Mark Smith, professeur associé de recherche en hydrologie à l'université de Leeds et principal auteur de cette étude.

"Les zones propices (à la propagation) de la malaria vont changer", a-t-il déclaré à l'AFP.
Et il est prévu que la population croisse rapidement dans les régions où la malaria sévira toujours ou deviendra transmissible, augmentant l'incidence de la maladie.


Lu 246 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe










L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30





Flux RSS
p