Facebook
Rss
Twitter









Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Climat et activités humaines mettent en danger la forêt tropicale d’Afrique





Les forêts tropicales d’Afrique centrale, très important puits de stockage de carbone, sont particulièrement vulnérables au changement climatique et à la pression des activités humaines,souligne une étude publiée mercredi dans la revue Nature. Les chercheurs du Centre français de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) et de l’Institut français de recherche pour le développement (IRD) se sont basés sur des données répertoriant plus de six millions d’arbres répartis sur plus de 185.000 parcelles dans cinq pays: Cameroun, République centrafricaine, Gabon, Congo-Brazzaville et République démocratique du Congo (RDC).

Ils ont ainsi pu établir une modélisation fine de ce bassin forestier, souvent qualifié de deuxième “poumon vert” du monde après l’Amazonie, et une cartographie prenant notamment en compte les espèces d’arbres (plus de 190 au total), qui leur a notamment permis de classifier 10 principaux types de couverture forestière. Car “le bassin forestier d’Afrique centrale est loin d’être un tapis vert homogène,” souligne Maxime Réjou-Méchain, de l’IRD, premier auteur de l’étude. Une diversité due notamment aux variations des climats et des sols, ainsi que de l’ampleur de l’activité humaine, comme par exemple l’agriculture itinérante.

En croisant ces résultats avec des modélisations de changements climatiques (selon les scénarios des experts onusiens du Giec) et des changements dus à l’homme, les chercheurs ont établi une carte de la vulnérabilité possible de ces zones forestières, basées notamment sur les facteurs climat, démographie, et activité humaine, notamment extraction de matières premières. Une vulnérabilité particulièrement forte sur les bordures sud et nord du bassin, sur la bande côtière de l’Atlantique etsur la majeure partie de la RDC. Les données et cartes de l’étude sont accessibles en ligne et doivent notamment permettre de “guider le développement de plans d’utilisation des terres” qui préservent au mieux la gestion durable des forêts, leur biodiversité et leur potentiel de lutte contre le réchauffement par le stockage de carbone.

Libé
Vendredi 30 Avril 2021

Lu 99 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.