Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Chernobyl”, une mini-série qui dénonce le déni de la science




“Chernobyl”, une mini-série qui dénonce le déni de la science
Une mini-série événement de la chaîne américaine HBO fait revivre les heures tragiques de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, en 1986, aggravée par le déni de la science et la propagande, des thèmes plus que jamais d'actualité. Il existe déjà plusieurs longs-métrages, documentaires ou fictions, sur le pire accident nucléaire civil de l'humanité, mais le genre-roi du moment, la série, ne s'y était encore jamais attaqué.
HBO, qui diffuse le premier épisode de "Chernobyl" lundi, a mis sur la table des moyens considérables pour recréer ces heures d'avril 1986, bien supérieurs à ceux de tous les films produits jusqu'ici. La production a fait détruire un bâtiment gigantesque en Lituanie pour recréer les décombres du réacteur numéro 4, qui explosa en pleine nuit lors d'un test de sécurité. L'équipe a également pu tourner à la centrale lituanienne d'Ignalina, arrêtée en 2009 et équipée des mêmes réacteurs RBMK que Tchernobyl.  "Cette histoire demande une certaine forme de respect", a expliqué, lors d'une table ronde organisée au Festival du film de Tribeca, Craig Mazin, créateur de cette mini-série en cinq épisodes. "Et toute cette attention aux détails (...) était dans cet esprit-là", insiste-t-il, car il s'agissait de "raconter l'histoire d'une autre culture". Voitures, vêtements, lunettes, tout est là, jusqu'au plus petit accessoire, pour emmener le téléspectateur 33 ans en arrière, dans l'Union soviétique des débuts de la glasnost.
Seule manque la langue, ukrainienne ou russe: tous les acteurs de la série parlent anglais, même s'ils jouent des personnages soviétiques.
Ces dernières années, les séries sont allées si loin dans l'authenticité, de "The Americans" à "L'Amie prodigieuse", réalisée en patois napolitain pour HBO, que les attentes ont évolué et tous n'y trouveront peut-être pas leur compte. Mais si le potentiel narratif est immense, le sujet est aride et la période sombre. Tourner en langue locale aurait peut-être été un obstacle de trop pour toucher le grand public. "Nous avons essayé d'aller aussi loin que nous pouvions", a justifié le réalisateur Johan Renck, lors de la table ronde.
C'est difficile", a-t-il admis. "C'est piégeux, parce que la langue véhicule la culture dans des proportions considérables, bien sûr." "Mais en même temps", a-t-il ajouté, "tout ce que nous pouvions faire, c'était trouver ces petits espaces où on peut espérer que la différence, le côté étranger, soit suffisamment perceptible." Et passé l'obstacle de la langue, la dramaturgie est bien là et va au-delà de l'accident.

Samedi 4 Mai 2019

Lu 205 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com