Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Certains hackers prennent la rançon et les données


Mardi 28 Janvier 2020

Certains hackers prennent la rançon et les données
Il est communément admis qu'il vaut mieux payer la rançon exigée par des hackers en échange de la "libération" de données séquestrées, parce que les criminels ont intérêt à honorer leur parole au risque de tuer la poule aux oeufs d'or.
Mais une nouvelle étude publiée jeudi montre que bon nombre de pirates informatiques prennent simplement l'argent, en général de la cryptomonnaie intraçable et disparaissent. Un sondage mené par les chercheurs de la société Proofpoint a trouvé qu'un tiers des organisations victimes d'un rançongiciel --qui permet aux pirates informatiques de chiffrer les données de leur victime comme un hôpital ou une administration et de n'y redonner accès qu'en échange du versement d'une somme d'argent-- acceptent de payer la rançon.
Quelque 22% de ces victimes qui payent affirment n'avoir jamais eu les codes pour décrypter leurs données et 9% indiquent même que les criminels ont demandé plus d'argent après le versement de la première somme.
"Un grand nombre parmi ceux qui ont payé la rançon ont appris une vieille leçon: les voleurs n'ont pas d'honneur", souligne l'étude publiée par l'entreprise californienne spécialisée dans les questions de sécurité.
Le sondage a porté sur 600 professionnels de sécurité informatique dans 7 pays et a révélé que 65% des organisations pour lesquelles ils travaillent ont été victimes de ce type de tentative d'extorsion.
Ce rapport ne fait que souligner l'inquiétude grandissante face à ce phénomène qui ces derniers temps a frappé de grandes villes américaines comme Atlanta, Baltimore ou encore la Nouvelle-Orléans, paralysant une partie de leurs services municipaux.
"Les organisations de santé et des organisations régionales et locales ont été frappées particulièrement durement en 2019", souligne Proofpoint.
"Le rançongiciel a le pouvoir d'immobiliser des infrastructures indispensables et peut interrompre des services indispensables ou même vitaux. Une organisation dans cette situation peut conclure que payer la rançon est le meilleur --et le moins cher-- des moyens pour recommencer à fonctionner normalement", ajoute l'entreprise.
Un autre rapport de la société Emsisoft note que 966 entités ont été visées par une attaque au rançongiciel en 2019 pour un coût total de plus de 7,5 milliards de dollars.

 


Lu 1101 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS