Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Casa boit la pluie jusqu’à la lie

Il n’y a pas pire que des responsables irresponsables


Satisfaits tous ces Marocains qui ont tant appelé de leurs vœux, à force de prières et autres lamentos, ces pluies qui se sont tellement fait désirer ? La réponse devrait couler de source. Affirmative donc. Sauf que bon nombre de citoyens ont dû vite déchanter dès que le ciel s’est montré généreux. Un peu trop au vu de l’état de nos infrastructures. Au vu surtout de l’irresponsabilité de ceux censés assumer pleinement leurs responsabilités.
La télé aidant, Casablanca a servi de tristes illustrations. Un match de foot, l’occasion d’une fête donc, a tourné au cauchemar. Non seulement au niveau du résultat mais également à celui de la piètre image que l’on a envoyée à la face du monde entier. On n’a pas cessé de nous vanter de l’excellence de nos infrastructures sportives pour que l’on découvre plutôt que le plus prestigieux stade du pays n’est en fait qu’un champ de patates gisant sous des flaques voire des lacs. Le pire c’est que cette « merveille » a été fermée, rouverte, refermée, rerouverte et re-refermée… pour, prétendait-on, une pelouse digne sans oublier, à chaque fois, d’engloutir des milliards sonnants et trébuchants de l’argent du contribuable. La toute dernière facture en date s’élève à plus de onze milliards de centimes. Le résultat est là. Consternant. Affligeant. Trop louche surtout.
Tout autour du stade et bien au-delà, la même désolation. L’eau coulait à flots narguant un système de canalisation désuet pour avoir été oublié de quelque entretien que ce soit. Des tunnels et autres trémies regorgeant d’eau et de boue, des véhicules submergés ou emportés par le torrent, des maisons dévastées…
Non, ce n’est pas un fleuve ou une rivière qui auraient débordé, c’est juste la conscience de ces édiles qui est désespérément en panne. Ces « élus » qui se sont livrés poings et pieds liés à une certaine « gestion déléguée », délégant tout avec.
«We are Casablanca», ont-ils osé. Oui, mais laquelle ? Ils nous promettent une smart city, mais se font un devoir de nous infliger une cité à l’image de leur insoutenable stupidité. Leur insatiable gloutonnerie ? 

Mohamed Benarbia
Mercredi 6 Janvier 2021

Lu 536 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 23 Septembre 2021 - 20:01 Alger en perte d’altitude

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Dans la boutique

Flux RSS