Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Carte d’auto entrepreneur : La surprise des usagers


Ahmadou El-Katab
Jeudi 10 Février 2022

Dans le cadre de la lutte contre l’informel et pour encourager la création de petites entreprises génératrices d’emplois, les autorités ont mis sur pied plusieurs programmes de financement à travers des prêts sans intérêts dont notamment «Intilaqa» et «Maroc Initiatives».

Maroc  Initiatives est un programme auquel sont affiliées les associations «Moubadara» à travers le pays ayant pour objectif le financement, sans intérêt et sans garantie, de jeunes entrepreneurs porteurs de projets, essentiellement de services.

Parmi les procédures à suivre pour l’obtention de ces prêts, le postulant doit détenir un registre de commerce.  A défaut, il doit être titulaire d’une carte d’auto entrepreneur que délivre Barid Bank, après la fourniture de certains documents administratifs et le  versement de la somme de 200 dirhams. Formalités que les postulants accomplissent généralement sur le champ  et avec enthousiasme. Mais en leur établissant les cartes, les services concernés ne leur précisent pas que ces cartes sont soumises au paiement d’une mensualité de 15 dirhams qui deviennent rapidement 100, en cas de retard de paiement.

C’est ainsi qu’un  grand nombre  de citoyens ont opté pour la carte d'auto-entrepreneur en vue de créer des petites entreprises ou demander des financements pour la création de petits   projets et se libérer du secteur informel dont  des étudiants, des diplômés des établissements de la  formation professionnelle, des stagiaires et des chômeurs désireux d’améliorer leur situation et aspirant à un avenir meilleur avec la possibilité d’être affilié à la Caisse nationale de sécurité sociale et d’obtenir une couverture sanitaire pour eux et les leurs.

Il faut reconnaître que le service de la carte d’auto entrepreneur a créé un site électronique qui peut être consulté et renseigné sur les activités du porteur de la carte. Encore faut-il que ce dernier soit informé de cette possibilité  ou en mesure de consulter ledit site, car bon nombre de ces porteurs sont analphabètes.

Ce qui amène beaucoup d’entre eux, notamment ceux qui ont obtenu  les cartes depuis un ou deux ans et qui ne l’ont jamais consulté soit par ignorance, soit par manque d’information, à être taxés d’une amende qui peut aller jusqu’à plusieurs milliers de dirhams. Eux qui espéraient obtenir un petit prêt pour améliorer leur situation se retrouvent pénalisés d’un montant bien au-delà de leurs moyens.

Ahmadou El-Katab


Lu 819 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p