Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Ben Battouche troque un lit espagnol contre un autre algérien

Trop ridicules,Tebboune et Changriha en font toute une gloire


Ben Battouche troque un lit espagnol contre un autre algérien
Après la mascarade et le simulacre d’audition du chef du Polisario par la justice espagnole, Brahim Ghali a quitté l’aéroport de Pamplona, mercredi 2 juin à 12h20, (heure locale) à destination d’Alger. L’avion Hawker 1000B, propriété de la société française d’avions taxis, Airlec, venu de Bordeaux, a atterri à l’aéroport Houari Boumediene d’Alger aux environs de 17H (heure locale). Brahim Ghali a ensuite été conduit à l’hôpital militaire d’Aïn Naâja où il a reçu la visite du président algérien accompagné de plusieurs officiers supérieurs dont le chef d’état-major des armées, le général Changriha.

Avant l’affrètement par la présidence algérienne de l’avion français, un GOLF Stream algérien avait été interdit d’atterir à l’aéroport de Saragosse qui avait accueilli le 18 avril dernier l’avion algérien médicalisé transportant Brahim Ghali sous la fausse identité de Mohamed Ben Battouche. Les victimes de Brahim Ghali et de ses sous-fifres espéraient une condamnation de leur bourreau qui, lors de son audition effectuée par vidéoconférence, avait nié en bloc toutes les accusations portées contre lui. Mais si Brahim Ghali a quitté l’Espagne comme il y est venu avec de faux documents algériens, délit pour lequel la loi espagnole prévoit une peine de prison allant de six mois à trois ans, avec la bénédiction de la justice espagnole qui ne l’a même pas entendu pour ce délit, son départ a provoqué une crise avec le Maroc, pays voisin qui, jusque-là, était parmi ses principaux partenaires, sinon le premier. Il a également créé une crise au sein de l’Exécutif et de la classe politique espagnole qui, non satisfaite de l’accueil à son insu de Brahim Ghali, s’interroge sur les garanties que celuici a présentées à la justice assurant sa collaboration future avec elle.

L’Exécutif a été appelé aussi à se prononcer sur le fait que le chef des séparatistes ait quitté le pays, «sans se remettre complètement de sa supposée maladie, critère qui aurait poussé l’Espagne à l’accueillir pour des raisons humanitaires». Il lui a été également demandé des éclaircissements sur la raison pour laquelle un avion algérien n’a pas été autorisé à atterrir mercredi matin pour le ramener à Alger, alors que cela a été rendu possible dans la nuit.

Par ailleurs, un député de Ciudadanos a souligné la nécessité pour la ministre des Affaires étrangères, Arancha González Laya, de soumettre un rapport au Parlement, contenant tous les détails de cet épisode, en plus de sa comparution et celle du président de l’Exécutif pour apporter les éclaircissements nécessaires.

Ahmadou El-Katab

Libé
Vendredi 4 Juin 2021

Lu 670 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS