Libération


Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au Canada, un artiste de la “ raquette à neige ” fait sensation





D’immenses fresques dessinées dans des champs et lacs enneigés de l’Ontario ont récemment attiré l’attention des internautes: ces œuvres ont été créées avec des raquettes de neige par un retraité canadien qui cherchait à échapper au confinement, a-til raconté mercredi à l’AFP. Kim Asmussen, ancien directeur d’école, a eu l’idée de ces œuvres d’art géantes l’an dernier: en faisant des recherches sur les sculptures sur neige, il a découvert les monumentales créations “d’art de neige” avec raquettes de l’artiste Simon Beck dans le parc de Banff (ouest du Canada). “Je me suis dit, peut-être que je peux en faire autant”, se souvient M. Asmussen, 62 ans, heureux d’avoir trouvé un moyen de concilier activité mentale et physique pendant la pandémie.

L’exercice requiert de la méthode “parce qu’une fois que vous avez fait une trace dans la neige, vous ne pouvez plus l’effacer”. “Je commence en dessinant une forme -un hexagone, un carré ou un triangle- puis je trace des lignes ou des cercles qui les traversent”, explique-t-il. L’artiste s’aide de logiciels de dessin et des sites Internet spécialisés pour localiser les meilleurs emplacements. Une fois sur le terrain, il utilise une boussole, des cordes, des bâtons et se fait aider par une équipe d’amis et d’étudiants équipés eux aussi de raquettes pour écraser la neige en formant d’immenses formes géométriques en relief. Une fresque prend de quelques heures à plusieurs jours de travail, selon la taille et la complexité des motifs. Depuis qu’il a commencé l’an dernier, Kim Asmussen a réalisé une vingtaine d’œuvres sur des champs ou des lacs gelés autour de sa ville de Schreiber, à environ 1.200 km au nord-ouest de Toronto, sur les rives du Lac Supérieur. La plus grande mesurait 400 mètres de long.

Avant que la prochaine chute de neige n’efface ses créations, M. Asmussen les immortalise en les photographiant et en les filmant par drone.Il les diffuse ensuite sur son compte Facebook, où elles ont attiré l’attention de nombreux internautes et de plusieurs médias. Selon lui, seule une poignée d’artistes s’adonnent à la pratique de “l’art sur neige avec raquettes”. “Ça commence seulement à décoller”, note-t-il, espérant que son exemple fera des émules. Il aimerait pouvoir associer plusieurs écoles de la région à ses œuvres, voire créer un festival d’art de la raquette à neige. Il cherche en attendant des emplacements près de l’autoroute transcanadienne pour que ses futures réalisations puissent être vues par les automobilistes et routiers de passage.
 

Libé
Vendredi 12 Février 2021

Lu 624 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.