Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Arrêter de fumer peut diviser par 3 le risque d’avoir des maladies cardiovasculaires



Cesser de fumer pourrait réduire de près de 40% le risque de développer une maladie cardiovasculaire. Une étude récente, dont les résultats ont été publiés dans le Journal de l'American Medical Association (JAMA), a révélé que les anciens gros fumeurs pourraient présenter un risque moindre de maladie cardiaque cinq ans après avoir arrêté le tabac.
Une équipe de l’Université Vanderbilt de Nashville (Tennessee) a analysé les données d’une enquête au long cours, la Framingham Heart Study, qui a suivi plus de 8.700 participants sur trois générations. Les participants ont fumé au moins un paquet de cigarettes par jour pendant 20 ans, de 1954 à 2014.
Les chercheurs ont constaté qu’après l’arrêt du tabac, les gros fumeurs qui avaient fumé depuis plus de 20 ans pouvaient atteindre au bout de cinq ans un niveau de risque plus faible de maladie cardiovasculaire par rapport aux gros fumeurs qui n’avaient pas arrêté.
Toutefois, cela peut prendre jusqu'à 25 ans après l'arrêt du tabac pour que le risque soit aussi faible que celui d'un non-fumeur. Les chercheurs incitent donc les gros fumeurs à cesser de fumer dès maintenant.
«Le système cardiovasculaire commence à guérir assez rapidement après que la personne a cessé de fumer, même chez celles qui ont beaucoup fumé durant des décennies. Cependant, le rétablissement complet pourra prendre des années. Si vous êtes fumeur, il est donc temps de cesser de fumer et de prendre d'autres mesures pour améliorer votre santé cardiaque», a déclaré la Dr Hilary Tindle, l’auteure principale de l’étude.
Meredith Duncan, responsable de la recherche, a déclaré que bien que des études précédentes aient montré l'association entre l’arrêt du tabac et la réduction du risque de développer une maladie cardiovasculaire, cette étude a finalement confirmé qu'il faut des années pour que les gros fumeurs courent de moins en moins de risques.
 «La Framingham Heart Study fournit des données particulièrement fiables sur les antécédents de tabagisme au cours de la vie. Notre équipe a profité de cette occasion unique pour documenter ce qu'il advient du risque de MCV (maladie cardiovasculaire) après avoir cessé de fumer, par rapport aux personnes qui ont continué de fumer et à celles qui n'ont jamais fumé», a-t-elle expliqué.

Jeudi 29 Août 2019

Lu 2191 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS