Le “ général de fer ” Zaloujny : Une nouvelle icône ukrainienne

 


Après des accusations de plagiat, Ed Sheeran filme ses séances d'écriture


Libé
Dimanche 10 Avril 2022

La star de la pop britannique Ed Sheeran a indiqué enregistrer toutes ses séances d'écriture de chansons pour éviter des poursuites pour plagiat, après avoir obtenu gain de cause cette semaine dans une affaire autour de son mégatube "Shape of You". "Désormais, je filme tout, tout est enregistré", a déclaré le musicien de 31 ans dans un entretien à la BBC diffusé vendredi.

"On a des réclamations pour des chansons, on peut répondre: voici la bande, regardez et vous verrez qu'il n'y a rien", a-t-il rapporté. "Pour moi, la meilleure sensation dans le monde, c'est l'euphorie qui vient avec la première idée quand on écrit une bonne chanson", a-t-il ajouté.

"Cette sensation, maintenant, c'est devenu: +oh attends, arrêtons-nous un instant+. On se retrouve à y réfléchir à deux fois". Mercredi, la Haute Cour de Londres a débouté deux auteurs-compositeurs qui l'accusaient de plagiat pour "Shape of You", titre le plus vendu au monde en 2017, affichant aussi 3 milliards d'écoutes sur Spotify et presque 6 milliards de vues sur YouTube.

Le juge Antony Zacaroli a estimé qu'il n'avait pas copié ni "délibérément", ni "inconsciemment", une partie de la mélodie de la chanson "Oh Why" (2015) de Sami Chokri et Ross O'Donoghue. Selon le juge, il y a des "similarités évidentes" entre les deux chansons, avec une mélodie issue notamment de la gamme pentatonique mineure comme "d'innombrables chansons de la pop, rock, folk et blues", mais aussi des "différences importantes".

Ce n'est pas la première fois que l'artiste est poursuivi pour plagiat. Il était par exemple parvenu à un accord financier aux Etats-Unis avec des auteurs qui lui reprochaient d'avoir plagié leur chanson "Amazing" pour son titre "Photograph", ce qu'il a dit regretter. "Je n'ai pas joué +Photograph+ pendant très longtemps après ça, j'avais arrêté de la jouer, en un sens je me sentais sale", a-t-il expliqué à la BBC.

Bouillon de culture

Conférences

La Fondation Al Mada organise un cycle de conférences animé par l'universitaire Faouzi Skali, également anthropologue, écrivain et spécialiste du soufisme, sous le thème "Introduction générale au soufisme, ses textes fondateurs et ses expressions culturelles et historiques". "Le soufisme, un patrimoine mondial de l’humanité?" est le thème de la conférence qu'abritera la Villa des arts de Rabat le 12 avril à 22h00, indique la Fondation dans un communiqué.

Spectacle

Le Théâtre Mohammed V accueille, le 13 avril à 22h00, le nouveau spectacle de Eko nommé "L’Artiste". Après le succès de "Chtatata", EKO revient avec ce nouveau spectacle offrant un cocktail comique composé d’une dose d’humour pétillant, d’une pince e de fantaisie, et d’une énergie débordante et communicative. Natif de la ville ocre, Abderrahmane Ouaabad, connu sous le nom d’"Eko", est l’un des humoristes autodidactes les plus célèbres au Maroc.

Livre

La Fondation Al Mada organise, le 13 avril à 22h00, la signature du livre "La rosée d’un monde, le Maroc oublié 1905- 1925" de son auteure Mouna M'hammedi. La présentation de ce livre, qui aura lieu à la Villa des arts de Rabat, sera modérée par Ouafa Messous, architecte du patrimoine, indique la Fondation dans un communiqué.

Parution

L’écrivain et architecte marocain Alaa Halifi vient de publier son livre "Eloge de la folie", lauréat de la dernière édition du prix international "Al-Rafidain First book Awards". Publié aux éditions "Al Rafidain & Daraj" au Liban, la puissance de ce livre de 280 pages "réside dans sa forte capacité à plonger au fond des mondes casablancais", lit-on dans une fiche introductive du livre. Dressant un portrait intime de la ville de Casablanca, "Éloge de la folie" reconstitue le puzzle d’une ville imaginaire et concrète, à travers la perspective de multiples personnages, fictifs et réels, des vies underground, des anges déchus, des marginaux, des immigrants, ou même un extraterrestre visitant la ville depuis l'espace lointain, explique la note, soutenant que l’écrivain donne vie à une Casablanca fantastique, pleine de folie et de chaos.


Lu 815 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >