Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Apprendre un instrument de musique est bon pour le cerveau




Selon une nouvelle étude, l’apprentissage d’un instrument de musique peut aider à améliorer l’attention et la mémoire. Une équipe dirigée par le Dr Leonie Kausel, violoniste et neuroscientifique à l’Université catholique du Chili et à l’Universidad del Desarrollo Chile, a mené une étude et a constaté que les enfants formés à la musique réussissent mieux les exercices de mémoire. Ils ont également constaté qu’ils ont une plus grande activation dans les régions du cerveau liées au contrôle de l’attention et au codage auditif, des fonctions exécutives connues pour être associées à une meilleure lecture, une plus grande résilience, une plus grande créativité et une meilleure qualité de vie.

Les chercheurs ont fait cette découverte en testant l’attention et la mémoire de travail de 40 enfants chiliens âgés de 10 à 13 ans. Vingt d’entre eux jouaient fréquemment d’un instrument dans un orchestre et les vingt autres n’avaient aucune formation musicale autre que le programme scolaire. Leur attention et leur mémoire ont été évaluées et leur activité cérébrale a été suivie pendant une tâche. Ils ont constaté qu’il n’y avait aucune différence entre les deux groupes en termes de temps de réaction, mais les enfants ayant reçu une formation musicale ont obtenu de bien meilleurs résultats pour ce qui concerne la mémoire.

Lorsqu’on lui a demandé si ces résultats signifiaient que les parents devraient inscrire leurs enfants à des cours de musique, le docteur Kausel a répondu : « Bien sûr, je le recommanderais. Cependant, je pense que les parents devraient non seulement inscrire leurs enfants parce qu’ils s’attendent à ce que cela les aide à stimuler leurs fonctions cognitives, mais aussi parce que c’est une activité qui, même si elle est très exigeante, leur procurera de la joie et la possibilité d’apprendre une langue universelle », a répondu le spécialiste.

Leonie Kausel et son équipe ont déjà un projet pour la prochaine étape de leur enquête. « La prochaine étape du projet consiste à établir la causalité des mécanismes que nous avons trouvés pour améliorer l’attention et la mémoire de travail, a-t-il expliqué. Nous avons également l’intention de faire une étude longitudinale sur l’entraînement musical avec les enfants, en évaluant l’attention et la mémoire de travail, et la possibilité d’évaluer une intervention d’entraînement musical sur les enfants atteints de troubles de l’attention». Les résultats ont été publiés dans la revue Frontiers in Neuroscience.

Libé
Vendredi 16 Octobre 2020

Lu 319 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 23 Octobre 2020 - 20:55 Manger deux kiwis par jour booste votre vitalité