Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Accusées de terrorisme : Une cinquantaine de personnes derrière les barreaux




Des peines allant de 2 à 8 ans de prison ferme à l’encontre de 9 personnes poursuivies pour leur implication dans des actes terroristes.
C’est  le jugement prononcé jeudi par la Chambre criminelle (1er degré) chargée des affaires de terrorisme à l’annexe de la Cour d’Appel à Salé. Le principal accusé dans cette cellule démantelée en 2007, Lahbib Benali,  a été condamné à 8 ans de prison ferme. Il était poursuivi pour “constitution d’une bande criminelle en vue de préparer et commettre des actes terroristes dans le cadre d’un projet collectif visant à troubler l’ordre public”.
La Cour  qui a également condamné à 5 ans de prison ferme deux accusés et à deux ans quatre autres accusés, a condamné deux autres prévenus, poursuivis en état de liberté provisoire, à une amende de 5.000 DH chacun.
Par ailleurs, la même Cour a prononcé, jeudi, des peines allant de 2 à 20 ans de prison ferme à l’encontre de 43 personnes poursuivies pour terrorisme.
Le principal accusé dans cette cellule, Abdelkrim Makhloufi, a été condamné par la Cour à 20 ans de prison ferme, pour “constitution d’une bande criminelle en vue de préparer et commettre des actes terroristes dans le cadre d’un projet collectif visant à troubler l’ordre public, incitation d’autrui à commettre un acte terroriste et tenue de réunions publiques sans autorisation préalable”.
Mohamed Lakhdar et Abdelilah Boumdine ont été respectivement condamnés par la même juridiction à 12  et 6 ans de prison ferme, alors que 12 autres mis en cause ont été condamnés à 5 ans de prison ferme.
Six personnes ont été condamnées à 3 ans de prison ferme et 8 autres à 2 ans et  les 14 autres accusés à verser une amende de 5.000 DH chacun.
 Selon l’accusation, les prévenus appartenaient à une cellule démantelée en 2007 et liée à l’”organisation Al Qaïda au Maghreb islamique” ainsi qu’au “Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) algérien”.
Concernant l’accusé principal de la première cellule,  Lahbib Benali résidait à Bruxelles, rue Van de Weyer, dans le quartier de Schaerbeek, marié à une Belgo-Marocaine. Au moment de son arrestation, la presse belge a révélé que  Benali évoluait depuis plusieurs années dans la mouvance de la Salafiya Jihadiya.  Cet originaire de Nador avait attiré l’attention de la police belge en janvier 2008, après une tentative infructueuse de se rendre en Irak.  Au moment de son arrestation, une bande-vidéo avait été saisie à son domicile dans laquelle il rendait hommage à Oussama Ben Laden et exhortait les musulmans à ne plus vivre «dans les sociétés de mécréants gouvernées par des principes étrangers à l’islam comme la démocratie». Se sachant repéré, Benali a regagné alors le Maroc laissant derrière lui une «cellule belge» constituée depuis deux ans et dont les contours, les objectifs ainsi que l’identité des membres viennent d’être transmis à Bruxelles par les policiers marocains.

l.B.
Samedi 18 Avril 2009

Lu 142 fois

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés