Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Un nouveau séisme sème la panique au Népal

65 personnes tuées, l’Inde aussi touchée avec au moins 17 morts




​Un nouveau séisme sème la panique au Népal
Les sauveteurs s'activaient mercredi pour retrouver des survivants après un nouveau séisme meurtrier au Népal ayant déclenché glissements de terrain et effondrements d'immeubles, tandis qu'un hélicoptère américain était toujours porté disparu. Des milliers de rescapés ont passé la nuit dehors, effrayés à la perspective de retourner chez eux après ce séisme de magnitude 7,3 qui a tué 65 personnes dans le pays, moins de trois semaines après la mort de 8.000 personnes dans un gigantesque tremblement de terre.
Cette nouvelle tragédie complique un peu plus la tache des secouristes qui tentent d'acheminer de l'eau, de la nourriture et des abris dans les villages reculés les plus touchés du pays.
L'armée népalaise a repris ses recherches aériennes pour localiser un hélicoptère des Marines participant aux opérations humanitaires qui a disparu près de Charikot, dans l'est du pays, avec six Marines et deux militaires népalais à son bord.
Selon le Pentagone, des hélicoptères en vol à ce moment-là ont capté des conversations radio concernant un problème de carburant. 
Dhakal a indiqué que 65 personnes ont été tuées par le séisme de mardi, dont l'épicentre s'est situé à 76 km à l'est de Katmandou, tandis que 17 ont trouvé la mort en Inde.
Ce dernier tremblement de terre a été ressenti jusqu'à New Delhi, à 1.000 km de là, et au Tibet dans la Chine voisine où une personne a trouvé la mort. 
Deux importants immeubles endommagés par le séisme du 25 avril se sont effondrés mardi dans la capitale mais ce sont les districts de Dolakha et Sindhupalchowk, les plus touchés par le premier séisme, qui ont à nouveau payé un lourd tribut. 
La Croix-Rouge a indiqué avoir reçu des informations faisant état de nombreuses victimes à Chautara, dans le district de Sindhupalchowk où elle gère un hôpital de campagne. 
Des glissements de terrain se seraient produits dans les zones les plus touchées, rendant encore plus difficile l'accès des secours dans les zones de montagne.
Selon l'ONG Save the Children, la région de Gorkha, proche de l'épicentre du séisme du 25 avril, a ainsi connu plusieurs glissements de terre et de nombreuses routes sont coupées. 
A Katmandou, nombre de ceux qui avaient regagné leur maison après des semaines passées à dormir dehors ont à nouveau quitté leur logement pour passer la nuit sous une tente ou des bâches.
Selon les scientifiques, le séisme de mardi s'inscrit dans une réaction en chaîne déclenchée par la secousse du 25 avril dans le district de Lamjung, à l'ouest de Katmandou.

Jeudi 14 Mai 2015

Lu 46 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.