Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Réactiver la mémoire perdue chez des souris avec la lumière




​Réactiver la mémoire perdue chez des  souris avec la lumière
Des chercheurs ont réactivé la mémoire perdue de souris avec la lumière, ce qui apporte un nouvel éclairage sur le mécanisme biologique de l'amnésie et ouvre potentiellement la voie à des traitements, selon une étude publiée jeudi dans la revue américaine Science.
Cette recherche fait avancer la compréhension sur la nature de l'amnésie, une question très controversée en neurosciences, estime Susumu Tonegawa, professeur au centre de recherche sur l'apprentissage et la mémoire du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et directeur du Riken Brain Science Institute au Japon, associé au MIT, qui a dirigé ces travaux.
Les chercheurs débattent depuis de nombreuses années sur le fait de savoir si l'amnésie provoquée par un traumatisme crânien, le stress ou des maladies comme Alzheimer, résulte de dommage de cellules cérébrales spécifiques qui dans ce cas rendraient impossible de recouvrer la mémoire, ou si l'accès à ces souvenirs en est la cause.
"La majorité des scientifiques privilégient la théorie de la destruction du stockage de l'information mais cette recherche montre que cela est probablement erroné", juge le professeur Tonegawa, lauréat du Nobel de Médecine en 1987. "L'amnésie est un problème de récupération de la mémoire", tranche-t-il.
Les chercheurs supputaient l'existence dans le cerveau d'un réseau de neurones qui, activés pendant la formation d'un souvenir, entraînent des changements physiques ou chimiques appelés engrammes.
Si ces groupes de neurones engrammes sont ensuite réactivés par une image, une odeur ou une saveur, toute la mémoire enregistrée devrait revenir, expliquent les chercheurs.
Pour démontrer l'existence de ces cellules engrammes de la mémoire dans l'hippocampe du cerveau, ce groupe de recherche a utilisé l'optogénétique chez des souris, qui consiste à ajouter des protéines aux neurones pour leur permettre d'être activés par la lumière.
Jusqu'alors on n'avait pas pu montrer que ces neurones engrammes subissaient des modifications chimiques selon un processus appelé la consolidation de la mémoire.
Un des changements-clés consiste au renforcement des synapses, des structures permettant à des groupes de neurones de se transmettre des messages qui résultent du processus d'apprentissage et de l'expérience.
Ces chercheurs ont aussi tenté de voir ce qui se passerait si cette consolidation des synapses ne se produisait pas.
Ainsi ils leur ont administré une substance chimique, l'anisomycine, qui bloque la synthèse de protéines dans les neurones immédiatement après la formation d'un nouveau souvenir, empêchant cette consolidation.

Jeudi 4 Juin 2015

Lu 299 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Septembre 2020 - 15:28 Le diabète de type 2 favorisé par l’insomnie