Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Pas d'effet préventif de l'aspirine contre le cancer colorectal




​Pas d'effet préventif de l'aspirine contre  le cancer colorectal
L'aspirine et les anti-inflammatoires non-stéroïdiens comme l'ibuprofène réduisent le risque de cancer colorectal dans une grande majorité des cas, sauf chez une minorité de personnes présentant certaines variations génétiques, révèle une étude publiée mardi.
Les chercheurs ont analysé et comparé les données génétiques et de mode de vie de 8.624 hommes et femmes diagnostiqués d'un cancer du colon, ainsi que 8.553 autres qui ne souffraient pas de ce cancer.
Ces données proviennent d'études menées entre 1976 et 2003 aux Etats-Unis, au Canada, en Australie et en Allemagne avec des personnes de descendance européenne.
Les auteurs ont découvert que les effets protecteurs de l'aspirine et des anti-inflammatoires non-stéroïdiens (AINS), déjà mis en évidence par plusieurs études précédentes, étaient absents chez environ 9% des participants des études qui avaient des variations génétiques sur le chromosome 15.
De plus, 4% avaient deux génotypes encore plus rares sur le chromosome 12, qui accroissent le risque de cancer colorectal.
Comprendre les interactions entre ces caractéristiques génétiques pourrait aider à identifier les sujets qui peuvent le plus bénéficier des effets préventifs de l'aspirine, ainsi que les personnes qui devraient les éviter.
"Notre espoir est de trouver des sous-groupes de la population chez qui l'utilisation de l'aspirine et des AINS a des bienfaits thérapeutiques qui surpassent les risques", a souligné Ulrike Peters, un chercheur au centre Fred Hutchinson de recherche sur le cancer, coauteur de l'étude publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA).
Il prévoit avec les autres chercheurs d'effectuer une étude plus étendue au cours des prochaines années pour confirmer ces résultats.
"Nous savons depuis longtemps que l'aspirine, l'ibuprofène et les autres AINS ont des effets protecteurs contre le cancer colorectal mais ne peuvent pas être utilisés sur de longues périodes en raison de l'incertitude selon les personnes quant aux bienfaits par rapport aux risques d'hémorragies gastro-intestinales et d'autres effets secondaires", a-t-il dit.

Jeudi 26 Mars 2015

Lu 250 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif