Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Ligue des champions : Cornet et Dembélé, improbables bourreaux de City




Maxwel Cornet a encore une fois été le bourreau de Manchester City, samedi en quart de finale de la Ligue des champions (3-1), rejoint par Moussa Dembélé, auteur d'un doublé décisif au doux goût de revanche.
Pas de Dembélé sur la pelouse au coup d'envoi à Turin et à nouveau un Dembélé sur le banc contre le vice-champion d'Angleterre, parce que Rudi Garcia avait joué la carte de la vitesse et de la polyvalence en titularisant Karl Toko-Ekambi aux côtés de Memphis Depay.
Pendant 75 longues minutes, Dembélé a rongé son frein et attendu dans l'ombre que son quart d'heure vienne.
Et l'impact de son entrée sur le terrain a tout de suite fait exploser un Manchester City très laborieux en première période, mais qui avait réussi à reprendre le contrôle du match pendant les 30 premières minutes du second acte.
"Pour un joueur, il y a toujours cette part de tristesse quand on ne commence pas un match. Mais un match, c'est long et tant que l'arbitre n'aura pas sifflé la fin, il y aura toujours une possibilité", a commenté l'attaquant au micro de RMC Sport.
L'international Espoirs a effectué un magnifique appel sur une ouverture de Houssem Aouar, après une récupération de Maxence Caqueret, et profité de l'habile "esquive" de Toko-Ekambi en hors-jeu de position au départ du ballon, pour aller ajuster Ederson avec le sang-froid du buteur sur gage (2-1, 79e).
Sept minutes plus tard, il a encore rôdé au bon endroit pour récupérer une frappe d'Aouar repoussée devant lui par Ederson et donner de l'air à des Lyonnais qui n'en ont pas manqué face à l'armada de stars emmenée par Pep Guardiola (3-1, 86e).
Il a ainsi parachevé le travail de destruction entamé par Mawxel Cornet, qui n'en a pas fini de donner des cauchemars aux Citizens.
Auteur déjà de trois buts lors de la double confrontation en phase de poules l'an dernier, l'Ivoirien avait montré la voie du succès aux siens en première période.
Il avait bien suivi un appel de Toko-Ekambi, finalement repris par Eric Garcia, et d'une exquise frappe enroulée, il avait propulsé le ballon le long du poteau droit d'Ederson qui avait mal fermé son angle en reculant (1-0, 24e).
"Sur l'action, c'est un jeu long d'+Antho+ (Lopes), pour une déviation de Karl (Toko-Ekambi). Je continue l'action parce que j'y crois, si elle revient. J'étais vigilant, je l'ai prise en une touche, ça m'a réussi, c'est cool. C'est du plaisir", a savouré l'ailier reconverti en latéral.
Avec quatre buts contre City, Cornet partage le titre de meilleur buteur en C1 contre les Sky Blues de Guardiola avec un certain... Lionel Messi.
Mais limiter sa contribution à ce seul but serait très réducteur. Cible d'un traitement musclé de Kyle Walker, Cornet a été un roc défensif autant qu'un poison offensif.
Dans le temps additionnel de la première période, il s'était jeté dans les pieds de Raheem Sterling pour contrer sa frappe de près, à la suite d'une merveilleuse ouverture de l'extérieur du droit de Kevin de Bruyne (45+2).
A la 54e min, il avait aussi couvert un ballon près du poteau de corner des assauts de Fernandinho, provoquant la faute de l'expérimenté brésilien (35 ans) comme s'il avait occupé le poste de latéral toute sa vie.
A eux deux, Dembélé et Cornet ont symbolisé la force collective d'un groupe qui vient de mettre à terre, après la Juve de Cristiano Ronaldo, le rêve d'un club gavé d'argent par ses propriétaires émiratis.
Mais les stars et les finesses tactiques de son "meilleur coach du monde" n'ont rien pu contre l'appétit et l'insolence d'un groupe habité par une foi contagieuse.
"On est encore là, ça veut dire qu'on a une grande équipe", a conclu Dembélé.

​Pep Guardiola : Lyon a une équipe extraordinaire

A l’issue de la défaite de son équipe, l’entraîneur de Manchester City, Pep Guardiola,  a fait la déclaration suivante rapportée par l’AFP : "La deuxième période a été bonne, mais pas suffisamment, face à une équipe solide et agressive, comme toutes les formations françaises. Nous ne réussissons pas à franchir les quarts de finale, mais nous réessaierons de le faire dans le futur. Les statistiques montrent qu'on a été meilleur que les autres dans beaucoup de domaines, mais ça n'a pas été suffisant. (Sur sa stratégie) Dans cette compétition, la tactique n'est pas le plus important. Dans les 15-20 dernières minutes de la première période, on était là. On s'est créé des occasions, mais on a commis des erreurs, et dans cette compétition... On en avait déjà fait contre Tottenham (en 2019). Les joueurs ont travaillé pendant trois jours avec ce système. J'espère qu'on avancera un jour. (...) Lyon défend aussi bien, aggressivement. C'est une équipe de contre-attaque, avec beaucoup d'engagement et d'aggresivité, c'est une équipe extraodinaire, félicitations à eux. Avec Aouar, Caqueret et Guimaraes, ils ont trois joueurs exceptionnels au milieu. Lyon continuera à avoir des joueurs de cette trempe."

Lundi 17 Août 2020

Lu 623 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 18:05 A mourir d’ennui Le derby des nuls