Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Les Américains n'ont jamais aussi peu fumé




​Les Américains n'ont jamais aussi peu fumé
La proportion d'adultes qui fument dans la population américaine est tombée à 17,8% en 2013, le taux le plus bas depuis le début de ces statistiques en 1965, ont annoncé mardi les Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC).
Le nombre de fumeurs de cigarettes est passé de 45,1 millions en 2005, quand 20,9% des adultes fumaient aux Etats-Unis, à 42,1 millions en 2013, malgré une augmentation de la population pendant cette période.
En dépit de ces progrès, le tabagisme reste élevé au sein de certains groupes, notamment ceux vivant au-dessous du seuil de pauvreté ou ayant des niveaux d'éducation plus bas, mais aussi chez les Amérindiens, les hommes et les personnes vivant dans le Sud ou le Midwest ainsi que chez les handicapés. 
Les CDC ont également déterminé pour la première fois en 2013 que le tabagisme restait élevé parmi les lesbiennes, les gays et les bisexuels.
"Il y a des indications encourageantes dans cette étude mais nous avons encore beaucoup à faire pour aider les gens à arrêter de fumer", souligne le Dr Tim McAfee, directeur du bureau chargé du tabagisme et de la santé aux CDC.
"Nous pouvons encore faire baisser les taux de tabagisme, beaucoup plus et plus rapidement, en mettant en oeuvre les stratégies anti-tabac ayant fait leurs preuves comme les campagnes anticigarettes, l'augmentation des prix des produits du tabac et l'application des lois antitabac", juge-t-il.
Chez les fumeurs américains, la proportion de ceux fumant des cigarettes quotidiennement a diminué pour passer de 80,8% en 2005 à 76,9% en 2013, mais le taux de ceux qui fument seulement certains jours a augmenté de 19,2% en 2005 à 23,1% l'année dernière.
Le taux de fumeurs adultes fumant de 20 à 29 cigarettes par jour est passé de 34,9% en 2005 à 29,3% en 2013, tandis que la proportion de ceux qui fument moins de dix cigarettes quotidiennement a progressé de 16,4% en 2005 à 23,3% en 2013, selon le rapport des CDC.
"Bien que les fumeurs fument moins de cigarettes, cela n'est pas suffisant pour obtenir des gains de santé significatifs comme c'est le cas quand on s'arrête complètement", insiste Brian King, le principal conseiller scientifique des CDC sur le tabagisme et la santé.
"Les fumeurs qui renoncent à la cigarette avant 40 ans peuvent retrouver les dix années d'espérance de vie qu'ils auraient perdues en continuant à fumer", fait-il valoir.
Le tabagisme est la principale cause évitable de maladies et de mortalité aux Etats-Unis, faisant plus de 480.000 morts par an.
Les CDC relèvent aussi que le nombre d'Américains fumant des cigares et le narguilé, une pipe à eau, ne diminue pas et pourrait même augmenter chez les jeunes. Or ces produits sont aussi très dangereux, insistent les auteurs du rapport.

Vendredi 5 Décembre 2014

Lu 281 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif