Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le secrétaire général de l’ONU félicite le Maroc

Présentation par le Royaume de l’Examen national volontaire




​Le secrétaire général de l’ONU félicite le Maroc
Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a félicité, mardi, les pays, dont le Maroc, qui ont présenté cette année leur Examen national volontaire sur la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD) à l’occasion du Forum politique de haut niveau des Nations unies tenu virtuellement à New York.
"Je félicite les 47 pays qui présentent leurs Examens nationaux volontaires cette année, malgré les circonstances difficiles" liées à la pandémie de Covid-19, a-t-il déclaré à l’ouverture du segment ministériel de ce conclave mondial annuel.
"Leurs rapports confirment que nos défis sont devenus de plus en plus pressants, car le Covid-19 a exacerbé les fragilités dans le monde", a relevé le chef de l’ONU, appelant la communauté internationale entière à relever maintenant le défi de la pandémie et ses effets.
"Nous avons besoin de solutions concrètes, audacieuses et réalisables inspirées des Objectifs de développement durable", a-t-il dit.
Le secrétaire général a ainsi appelé les participants à utiliser ce conclave pour "prendre toute la mesure de la crise à laquelle tous les pays sont confrontés et accorder une attention particulière à ceux qui disposent de ressources économiques déjà limitées".
"Partageons nos expériences, comprenons ce qui fonctionne et ce qui peut être reproduit ou élargi. Et renouvelons notre détermination à adopter une réponse multilatérale qui oriente les efforts de relance vers les ODD", a-t-il plaidé.
Le Maroc a présenté lundi devant le Forum politique de haut niveau de l'ONU son Examen national volontaire sur la réalisation des 17 Objectifs de développement durable, qui visent l’amélioration des conditions de vie des populations et auxquels le Royaume a souscrit à la concrétisation à l’horizon 2030.
Il s’agit du deuxième Examen national volontaire présenté par le Maroc devant les Nations unies sur les progrès réalisés dans la concrétisation des ODD, depuis 2016.
Ce rapport détaillé souligne que le Maroc considère le programme mondial 2030 des ODD, auquel il a souscrit en 2015, comme un cadre global de développement qui se recoupe dans la majorité de ses ambitions avec le projet de société auquel aspirent les Marocains et dont les contours et les principes ont été définis par Sa Majesté le Roi Mohammed VI.
Le Royaume s’est, en fait, engagé, depuis le début des années 2000 dans de grands chantiers sociétaux de développement durable pour lesquels a été mobilisé le tiers de son PIB.
Avec l’avènement du programme mondial des ODD, les choix du Maroc se trouvent confortés et les réformes et les stratégies engagées prennent de nouvelles dimensions, lit-on dans ce document. Ainsi, la démarche adoptée par le Royaume pour la mise en œuvre de ce programme s’articule autour d’approches structurantes axées sur la promotion des droits humains, la transition vers l’économie verte, la régionalisation avancée, la cohésion sociale et territoriale, la participation citoyenne et le développement de partenariats stratégiques, notamment Sud-Sud et triangulaire.
Ces efforts ont permis au pays de renforcer son accumulation de capital physique, de promouvoir son capital humain, d’accélérer sa transition vers le développement propre et d’améliorer ainsi le contenu de sa croissance économique en termes d’emploi, de baisse de la pauvreté, des inégalités sociales et territoriales et de réduction de la dépendance aux énergies fossiles, et ce dans un contexte marqué par la crise financière internationale de 2008 et trois années de sècheresse au cours de la dernière décennie, selon la même source.
C’est ainsi que la croissance économique a atteint une moyenne de 4,2% sur la période 2000-2018, le chômage a baissé à 9%, la pauvreté est passée de 8,9% en 2007 à 2,9% en 2018, et les inégalités ont été infléchies avec une valorisation du potentiel de toutes les régions du pays.
Par l’investissement dans les énergies renouvelables, le Maroc dispose aujourd’hui d’une capacité électrique de sources renouvelables représentant 34% de la capacité nationale du mix électrique. Des efforts ont été aussi déployés dans la réhabilitation des villes, l’assainissement hydraulique et l’extension de l’espace forestier.
Dans le sillage de la consolidation de son modèle de développement, plusieurs réformes institutionnelles ont été déployées en application des dispositions de la Constitution de 2011 du Royaume.
La pandémie du Covid-19 est venue, cependant, perturber les efforts de développement engagés par le pays suite à ses effets négatifs directs sur l’ensemble de l’économie et indirects à travers ses conséquences sur les principaux partenaires du Maroc, note le rapport.


 

Jeudi 16 Juillet 2020

Lu 832 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif