Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​La pré-éclampsie fortement liée à la naissance d'enfants autistes




​La pré-éclampsie fortement liée à la naissance d'enfants autistes
La pré-éclampsie, une pathologie de la grossesse caractérisée par de l'hypertension artérielle, est fortement liée à la naissance d'enfants autistes, selon une étude publiée lundi dans le Journal of the American Medical Association, Pediatrics.
Les enfants dont la mère souffrait de cette maladie quand elle les portait ont deux fois plus de risques que les autres de souffrir de ce syndrome, voire davantage si les symptômes sont plus sévères, montre cette recherche menée à l'Université de Californie, Davis Mind Institute.
Les femmes atteintes de pré-éclampsie ont de l'hypertension pendant la dernière moitié de leur grossesse, accompagnée parfois d'un accroissement des niveaux de protéines dans leur urine et l'apparition d'oedème.
Cette étude a été menée sur plus de mille enfants âgés de deux à trois ans, dans le cadre d'une recherche sur les risques génétiques et environnementaux de l'autisme dans le nord de la Californie.
"Nous avons constaté un lien significatif entre la pré-éclampsie et le syndrome de l'autisme ainsi qu'avec des retards de développement qui augmentent avec le degré de sévérité de la pathologie", explique Cheryl Walker, professeur adjoint de gynécologie à la division de médecine maternelle et du foetus de l'Université de Californie Davis Mind Institute.
Cette étude fournit une base de population solide pour examiner le lien entre l'autisme et la pré-éclampsie et déterminer si le risque est lié à la gravité de cette maladie.
La recherche a été menée auprès de plus de 500 garçons et filles autistes, 200 atteints de retard de développement sans autisme et 350 enfants sans pathologie. Toutes les mères ont souffert de pré-éclampsie.
Les mères d'enfants autistes et d'enfants avec un retard de développement avaient aussi souvent des insuffisances placentaires par rapport à celles dont les enfants se développaient normalement.
Il existe plusieurs mécanismes par lesquels la pré-éclampsie peut affecter le développement du cerveau, souligne le professeur Cheryl Walker.
Pour le foetus, les limitations de nutriments et d'oxygène résultant de cette pathologie maternelle entraînent un stress oxydatif, qui provoque la libération de protéines dans le sang de la mère pour améliorer la circulation.

Mercredi 17 Décembre 2014

Lu 231 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Septembre 2020 - 15:28 Le diabète de type 2 favorisé par l’insomnie