Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​La consanguinité a contribué à la survie des gorilles des montagnes




​La consanguinité a contribué à la survie des gorilles des montagnes
La consanguinité, généralement considérée comme dangereuse, a contribué à la survie des gorilles des montagnes d'Afrique centrale en danger d'extinction, ont déterminé des scientifiques britanniques.
Le principal objectif de leur recherche était d'évaluer l'impact génétique à long terme d'un déclin d'une population animale, expliquent les auteurs dont les travaux paraissent  dans la revue américaine Science.
Les résultats du séquençage du génome de plusieurs individus suggèrent que la consanguinité a permis d'effacer des variations génétiques délétères chez ces gorilles. Cela a augmenté les chances de survie du groupe.
A l'origine, "nous pensions que leur faible diversité génétique consécutive à cette consanguinité rendrait les gorilles plus sensibles aux changements de leur environnement et aux maladies endémiques dont des infections provoquées par des virus humains", relèvent les chercheurs de l'Institute of Evolutionary Biology et du National Genome Analysis Centre.
Mais en comparant les génomes des gorilles des montagnes à ceux des autres espèces de gorilles, les scientifiques ont constaté que ces derniers avaient beaucoup plus de variations génétiques susceptibles de provoquer des problèmes de santé.
Le nombre des gorilles de montagnes vivant aux confins du Rwanda, de l'Ouganda et de la République démocratique du Congo était tombé à 253 en 1981 à cause de la chasse et de la destruction de leur habitat. Depuis, il a augmenté pour atteindre 480 individus grâce aux efforts de préservation et à l'action de différentes organisations privées de protection de la nature. 
L'étude "nous fournit des informations précieuses sur la manière dont ces singes, et donc les humains, sont génétiquement adaptés pour vivre dans de petits groupes de populations", commente Aylwyn Scally, de l'Université de Cambridge, un des coauteurs de la recherche.
"Des taux comparables de consanguinité ont contribué à l'extinction de l'homme de Néandertal mais rendu plus forts les gorilles des montagnes" depuis des milliers d'années, note Javier Prado-Martínez de l'Institute of Evolutionary Biology, un autre coauteur de l'étude.
Selon les chercheurs, ces nouvelles données génétiques vont contribuer aux efforts de préservation des gorilles. 
Grâce aux analyses détaillées des différences génétiques entre les quatre espèces de gorilles, il sera possible de déterminer l'origine de ces primates quand ils seront attrapés ou chassés illégalement, expliquent-ils.

Mardi 21 Avril 2015

Lu 233 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 17 Septembre 2020 - 17:55 Oubliez les boissons gazeuses !

Dimanche 13 Septembre 2020 - 18:00 Des mammouths sous l’aéroport de Mexico