Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​L'orthorexie : quand manger sainement devient une obsession




​L'orthorexie : quand manger  sainement devient une obsession
L’orthorexie a été décrite pour la première fois par le docteur Steven Bratman en 1997. Du grec orthos signifiant correct et orexis signifiant appétit, elle se traduit par la quête permanente d’une alimentation la plus saine possible. Contrairement aux personnes boulimiques ou anorexiques qui se focalisent sur les quantités ingérées, dans le cas de l’orthorexie c’est leur qualité qui pose problème. Autre différence : l’anorexie et la boulimie sont considérées comme des maladies car elles peuvent avoir un retentissement sur la santé. Ce n’est pas le cas de l’orthorexie. Voilà pourquoi les médecins disposent de peu de chiffres pour évaluer l’ampleur du phénomène. Mais suite aux scandales alimentaires à répétition, aux suspicions qui pèsent sur le gluten, le lactose, l’aspartame…, les spécialistes s’accordent pour dire que ce phénomène prend de l’ampleur. Et toucherait en priorité les femmes et les sportifs.
Le grand danger de l’orthorexie, c’est son impact direct sur la qualité de vie et les relations sociales. Les personnes orthorexiques culpabilisent et se sentent « sales » quand elles dérogent à leurs règles alimentaires très strictes. Pour éviter les faux pas, elles passent plusieurs heures par jour à réfléchir à leurs menus et évitent les sorties au restaurant ou chez des amis. Les notions de goût et de plaisir, composantes essentielles de l’alimentation, disparaissent totalement.
La limite entre une volonté positive de mieux manger et une relation névrosée à son alimentation n’est pas toujours facile à percevoir. Pour aider les personnes qui pourraient être concernées, le docteur Bratman a mis au point un test. Si vous répondez oui à plus de trois questions, il peut être utile d’en parler avec un médecin. En cas d’orthorexie avérée, l’aide d’un psychiatre, d’un psychologue ou d’un psychothérapeute est nécessaire.
•Passez-vous plus de 3h par jour à penser à votre régime alimentaire ?
•Planifiez-vous vos repas plusieurs jours à l’avance ?
•La valeur nutritionnelle de votre repas est-elle plus importante à vos yeux que le plaisir de déguster ?
•Votre qualité de vie s’est-elle dégradée au fur et à mesure que la qualité de votre nourriture s’est améliorée ?
•Etes-vous récemment devenu plus exigeant avec vous-même ?
•Votre amour-propre est-il renforcé par votre volonté de manger sain ?
•Avez-vous renoncé à des aliments que vous aimiez au profit d’aliments « sains » ?
•Votre régime alimentaire gêne-t-il vos sorties, vos relations avec votre famille et vos amis ?
•Eprouvez-vous un sentiment de culpabilité quand vous vous écartez de votre régime?
•Vous sentez-vous en paix avec vous-même et pensez-vous bien vous contrôler lorsque vous mangez sain? 

Destinationsanté.com
Jeudi 30 Octobre 2014

Lu 353 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 21 Septembre 2020 - 15:28 Le diabète de type 2 favorisé par l’insomnie