Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​L’euphorie du Printemps arabe cède la place au pessimisme

La jeunesse arabe a perdu confiance en l’avenir, selon un sondage réalisé par ASDA’A Burson-Marsteller




​L’euphorie du Printemps arabe cède la place au pessimisme
Après le Printemps arabe qui a éclaté au début de 2010 en Tunisie avant de gagner les autres pays de la région, les jeunes du monde arabe étaient confiants en l’avenir. Cinq ans après ces révolutions, la jeunesse arabe sombre dans le pessimisme comme l’attestent les résultats d’un sondage effectué récemment par ASDA’A Burson-Marsteller, une agence internationale de communication et de relations publiques.
Les résultats de ce sondage confirment que la jeunesse arabe perd de plus en plus confiance en l’avenir. Ainsi, seulement 38 % des enquêtés en 2015 considèrent que le monde arabe est meilleur après le Printemps arabe, contre 54 % en 2014, 70 % en 2013 et 72 % en 2012.
Quant à la question de savoir si «l’expérience démocratique réussira dans la région arabe », un jeune sur trois répond par la négative. 
Le sondage souligne, en effet, que seulement 36 % des sondés soulignent que l’expérience démocratique va échouer dans le monde arabe, alors que 39% d’entre eux soutiennent que le principe de la démocratie n’admet pas une telle éventualité, tandis que 25% restent sceptiques et indécis. Les jeunes des pays du Golfe sont plutôt optimistes à ce sujet que ceux des autres pays arabes. Ainsi, 44 % des jeunes des pays du Golfe estiment que l’expérience démocratique aboutira dans le monde arabe, contre 35 % pour les jeunes de l’Afrique du Nord et 36 % pour les pays de l’Est de la Méditerranée et autres pays.
Selon le sondage, l’absence de démocratie qui constituait par le passé  un obstacle important auquel faisait face la région, ne l’est plus actuellement. En effet, 1 sur 6 seulement des jeunes interviewés considère que l’absence de démocratie constitue un obstacle important. L’enquête de 2015 souligne que 15% des sondés sont de cet avis contre 38% en 2014, 43% en 2013 et 41% en 2012.
Les 3500 jeunes interviewés sont âgés entre 18 et 24 ans et appartenant au Maroc, Algérie, Yémen, Egypte, Irak, Jordanie, Liban, Libye, Palestine, Tunisie, et les six pays du Golfe, à savoir l’Arabie Saoudite, les EAU, Koweït, Qatar, Oman et Bahreïn. Les interviews ont été effectuées entre le 20 janvier et le 12 février en langue arabe et en anglais. 
Quant à l’échantillon du Maroc, il est composé de 200 jeunes vivant à Casablanca (25%), Fès (25 %), Rabat (25%) et Marrakech (25%). 

Mourad Tabet
Vendredi 24 Avril 2015

Lu 412 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés