Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Evaluation des mécanismes de lutte contre les violences faites aux femmes

Séminaire organisé à Marrakech par la FLDDF




​Evaluation des mécanismes de lutte  contre les violences faites aux femmes
Dans le cadre du Forum mondial des droits de l’Homme, tenu récemment à Marrakech, la Fédération de la Ligue démocratique pour les droits des femmes (FLDDF), a organisé un séminaire sur l’évaluation des mécanismes de lutte contre les violences faites aux femmes. L’événement avait pour objectif essentiel d’évaluer le fonctionnement des instruments et d’explorer de nouvelles démarches pour améliorer leur efficacité afin de prévenir et éliminer les violences fondées sur le genre. Y ont participé les représentants d’un large éventail d’organisations qui ont enrichi les débats à travers leurs différentes interventions. Les travaux de cette rencontre ont été sanctionnés par une déclaration comportant plusieurs recommandations qui interpellent les gouvernements aussi bien au niveau national qu’international. 
Appel a donc été fait aux institutionnels d’adopter, au niveau de leurs pays, des lois intégrales pour lutter contre les violences basées sur le genre. Et de mettre en place des stratégies et des plans d’action pour l’égalité qui intègrent la lutte contre toutes les formes de violence de genre. Dans la foulée, les Parlements devraient adopter des législations intégrant la prévention, la protection des victimes et la poursuite des agresseurs. L’idée serait également d’instaurer la formation des professionnels qui sont en contact avec les victimes et d’essayer, autant faire se peut, d’’éliminer les stéréotypes dans les programmes scolaires et les produits médiatiques. De même que la constitution d’une banque de données avec des statistiques étayées par les enquêtes de terrain axées sur des échantillons représentatifs de la population, faciliterait à plus d’un titre les travaux entrepris dans le domaine 
Par ailleurs et au niveau international, les gouvernements devraient procéder à la ratification et à la mise en œuvre des conventions internationales et régionales. Au même titre la levée des réserves substantielles qui contredisent les normes fondamentales et annulent leur efficacité, s’impose. De plus, il faudra instaurer une coordination entre les mécanismes existants sur les violences dans l’optique de l’optimisation, l’efficacité et l’efficience des moyens humains et matériels. Mieux encore, l’évaluation systématique dans le cadre de mécanismes de suivi du coût économique des violences faites aux femmes dans le contexte de l’agenda post-2015 des OMD serait un plus. 
A rappeler que la violence contre les femmes constitue la violence des droits humains la plus répandue dans le monde. Elle est le résultat d’une organisation sociale basée sur la domination masculine génératrice de discrimination sexiste et de rapports inégaux entre hommes et femmes. Ellee prend différentes formes : physique, psychologique, sexuelle ou encore économique et institutionnelle. Elle ne reconnaît de ce fait aucune frontière. 

N. M
Mercredi 3 Décembre 2014

Lu 1 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés