Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Entre pillage et braconnage, la guerre des pâturages sur les hauts plateaux kényans




Les vastes plaines de la réserve privée de Mugie, sur les contreforts du Mont Kenya, grouillaient jusqu'à récemment d'éléphants, de buffles et de gazelles. Mais ces herbes hautes et dorées sont ravagées depuis peu par des dizaines de milliers de vaches, chèvres et moutons.
Armés de lances ou d'armes automatiques, les éleveurs semi-nomades à la recherche de nouveaux pâturages ont pénétré illégalement dans la réserve à partir de la mi-janvier, chassant les animaux sauvages qui y vivaient.
"Vingt ans d'efforts, de sueur et d'argent... tout a été détruit en deux semaines", rage Josh Perrett, manager de la réserve. A Mugie, des installations ont été pillées. Plus au sud, au ranch de Suyian, les balles ont volé et des huttes pour touristes ont été brûlées. Les propriétaires terriens de la région de Laikipia, blancs et noirs, parlent d'une invasion, d'un siège. Et ces hauts plateaux d'ordinaire si paisibles sont désormais le théâtre d'une lutte explosive.
"A l'origine de tout cela, il y a l'explosion démographique" qui s'est accompagnée d'un développement important des troupeaux, explique Joe Ogutu, auteur d'une étude de l'Institut de recherche international pour le bétail. Sur les quatre dernières décennies, le nombre de têtes de bétail au Kenya a augmenté de 76%, tandis que le nombre d'animaux sauvages a baissé de 68%, selon cette étude.
Ces chiffres ne concernent que le Kenya, mais M. Ogutu soutient que le problème est continental.
La croissance des troupeaux a en outre été dopée par des considérations financières: le bétail, dont la valeur a considérablement augmenté, s'est révélé être un investissement de choix pour les élites urbaines kényanes, qui le voient comme un compte en banque mobile échappant à la fiscalité.
Mais lorsque les pâturages traditionnels sont transformés en désert par des troupeaux trop importants, les éleveurs vont voir là où l'herbe est plus haute. En l'occurrence, dans les réserves et ranchs de la région de Laikipia. "C'est ça qui rend difficile la protection" de la faune sauvage, regrette Tom Silvester, manager de la réserve de Loisaba, à l'est de Mugie.
Cette réserve ne se remet que doucement du passage illégal en 2016 d'immenses troupeaux de bétail qui ont réduit ses plaines en étendues arides où ne restaient plus qu'arbustes épineux et acacias. Si rien n'est fait pour résoudre le problème et permettre une exploitation responsable des pâturages, ces derniers disparaîtront, animaux sauvages et bétail mourront et plus personne n'aura de moyens de subsistance, met en garde M. Silvester.
Des accords existent pourtant entre les réserves de Laikipia et les communautés locales. Lorsque les temps sont durs, elles ouvrent leurs portes aux troupeaux dans le cadre de programmes de pâturage contrôlés permettant la survie des animaux sauvages comme celle du bétail.
Mais cet équilibre fragile s'écroule lorsqu'arrivent d'immenses troupeaux.
Le bétail d'Adowan Letowon, un "moran" (guerrier) de l'ethnie Samburu âgé de 28 ans et portant un long couteau à la taille, survit depuis 15 ans aux saisons sèches en paissant par moments dans la réserve de Loisaba. "Cela fait longtemps que nous sommes là, nos enfants et notre bétail ont survécu grâce à ces terres".
"Nous sommes voisins de Loisaba et nous faisons partie" de cet équilibre, renchérit Lesibia Larari, 70 ans et propriétaire de 70 vaches, emmitouflé dans une couverture traditionnelle aux carreaux bleus et rouges. "Mais il y en a d'autres qui s'en fichent d'être de bons voisins". Les communautés locales protègent d'ailleurs souvent les réserves contre ceux voulant faire paître illégalement leurs troupeaux, mais lorsque les éleveurs arrivent par centaines, avec des centaines de milliers de têtes de bétail, il est impossible de les arrêter.
Charles Lekalasimi, un étudiant de 24 ans de l'université de Samburu effectuant un stage à Loisaba, estime que la solution réside dans le "dialogue et la compréhension". Comme la plupart des éleveurs de la région, Charles est un "moran", et il assure que les hommes de son âge l'écoutent quand il leur dit que 50 vaches en bonne santé valent mieux que 200 bovins faméliques.

Libé
Dimanche 5 Février 2017

Lu 437 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Votre navigateur ne supporte pas le format iframe
Votre programme TV avec Télé-Loisirs