Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Débats à l’ONU sur une stratégie de prévention des catastrophes




​Débats à l’ONU sur une stratégie de prévention des catastrophes
La réduction des risques de catastrophe dans la stratégie mondiale post-2015 focalise les débats d'une réunion de l'ONU lundi à Genève, avec la participation de l'ambassadeur représentant permanent du Maroc, Mohammed Aujjar.
Les discussions se tiennent au sein du Comité préparatoire intergouvernemental de la 3ème Conférence mondiale sur la réduction des risques de désastre, prévue les 14 et 15 mars à Sendai, au Japon.
Une majorité de délégations et diverses parties prenantes ont plaidé pour l'établissement d'un lien plus étroit entre réduction des risques de catastrophe, changement climatique et développement économique.
Ces trois programmes internationaux clés doivent être reliés dans une démarche plus globale en la matière, indique un communiqué des Nations unies. 
En substance, l'accent a été mis sur les politiques menées au plan national dans le domaine de prévention et de lutte contre les risques de désastre, ainsi que sur la nécessaire assistance technique dont devront bénéficier les pays en développement.
C'est dans cet esprit que l'organisation internationale insiste pour que le développement durable et la réduction des risques soient placés au cœur des stratégies nationales et internationales. "C'est la clé de voûte pour mieux contribuer à la promotion d'une paix et d'une sécurité durables, sachant que l'édification de la paix favorisera le développement durable", a affirmé à cette occasion le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon. 
Dans un message lu en son nom, M. Ban souligne que les risques naturels et  climatiques peuvent prendre un tribut potentiellement énorme sur les sociétés si les pays ne se mettent pas d'accord sur des mesures sages, orientées vers l'action, pour sauver des vies et préserver les moyens de subsistance.
Prennent part à cette réunion préparatoire de deux jours 150 Etats membres ainsi qu'une quarantaine d'organisations intergouvernementales et d'instances des Nations unies et des observateurs représentant une centaine d'organisations.
"Cette forte participation est un message fort en soi qui reflète le caractère inclusif du processus préparatoire de la conférence, censée promouvoir un accord sur un cadre d'action pour l'après 2015 en matière de lutte contre les catastrophes", a conclu le président du comité préparatoire, le Thaïlandais Thani Thongphakdi.

Jeudi 20 Novembre 2014

Lu 251 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés