Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Aide canadienne pour les jeunes Marocains qui ont quitté l'école ou risquent de l'abandonner




​Aide canadienne pour les jeunes Marocains qui ont quitté l'école ou risquent de l'abandonner
Le Canada a annoncé, récemment  à Rabat, une contribution de l'ordre de 8 millions de dollars qui sera versée à l'Unicef pour la mise en œuvre d'un projet spécialement conçu pour les jeunes Marocains qui ont quitté l'école ou risquent de l'abandonner. 
"Le projet comprend des activités d'orientation et de formation et un accompagnement dans la transition entre l'école et le marché du travail", a déclaré le ministre du Développement international et de la Francophonie du Canada, Christian Paradis, précisant que pour une période de 4 ans, ces jeunes Marocains verront s'ouvrir des perspectives d'avenir. 
Le projet prévoit aussi d'impliquer les communes et les municipalités afin d'adapter l'offre locale de formation aux besoins locaux et d'offrir des services pour les jeunes à la recherche d'emploi, a fait savoir le ministre canadien, ajoutant que dans le même cadre, "des réseaux d'employeurs potentiels seront établis pour faciliter l'embauche des jeunes". 
Bien encadrés, ces jeunes Marocains pourront aussi contribuer par leurs capacités à la croissance économique durable du Maroc et transformer son avenir, a affirmé M.Paradis lors d'une allocution portant sur le thème "Croissance économique durable, prospérité partagée et employabilité des jeunes comme leviers de développement", prononcée à l'école de gouvernance et d'économie de l'Université Mohammed VI polytechnique de Rabat. 
"L'un des deux piliers de notre stratégie de développement au Maroc vise à appuyer la croissance économique durable par une meilleure gouvernance économique et un soutien aux petites et moyennes entreprises", a-t-il souligné, ajoutant que l'appui à l'employabilité des jeunes constitue le second pilier de la stratégie de développement au Maroc. 
Pour améliorer les chances de ces jeunes d’accéder au marché du travail, "nous devons les aider à acquérir des connaissances et des compétences dans des secteurs de l'économie qui présentent des occasions d'emploi", a-t-il dit. 
Par ailleurs, le ministre canadien s'est félicité de l'ouverture prochaine de l'usine canadienne de Bombardier aéronautique à Nouacer et de sa contribution au développement de l'industrie aérospatiale marocaine, notant que le Maroc fait partie des marchés émergents offrant le meilleur potentiel d'action pour les intérêts commerciaux canadiens. 
L'an dernier, les échanges bilatéraux de marchandises totalisaient 632,5 millions de dollars canadiens, a-t-il fait savoir. 
En outre, M. Paradis a mis en avant les liens solides tissés entre les deux pays, rappelant que ce niveau des liens maroco-canadiens a été célébré en 2012 à l'occasion du 50e anniversaire de relations bilatérales. "Environ 72.000 Canadiens sont d'origine marocaine, ce qui en fait la 2ème plus grande diaspora nord-africaine au Canada", a-t-il indiqué.

Vendredi 28 Novembre 2014

Lu 125 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif