Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Abdelhamid Fatihi : La reprise des activités des entreprises, une menace pour l'effort déployé dans la lutte contre la pandémie




​Abdelhamid Fatihi : La reprise des activités des entreprises, une menace pour l'effort déployé dans la lutte contre la pandémie
Des organisations syndicales ont salué, mercredi, l'appel du gouvernement aux acteurs économiques à reprendre leurs activités directement après la fête de l'Aïd Al Fitr, appelant l'Exécutif à assurer les conditions de sécurité sanitaire nécessaires pour mener à bien cette opération.
Le secrétaire général de la Fédération démocratique du travail (FDT), Abdelhamid Fatihi, a estimé, pour sa part, que l'appel du gouvernement aux entreprises à reprendre leurs activités après Aïd Al Fitr est "général, inexact et contraire à la décision de prolonger le confinement sanitaire et pourrait constituer une menace pour l'effort déployé dans la lutte contre la pandémie".
Il a souligné que le ministère de l'Economie doit préciser la nature de l'activité des entreprises concernées par cet appel, soulignant que le fait de relancer le cycle économique "nécessite de fixer des agendas clairs pour la levée progressive du confinement, ainsi que de déterminer une liste des entreprises qui reprendront leur activité, selon un calendrier qui tient compte de la réduction progressive des risques.
Pour sa part, le secrétaire général de l'Union générale des travailleurs du Maroc, Ennaâm Miara, a indiqué, dans une déclaration à la MAP, que l'UGTM soutient l'appui à l'économie nationale, la production et la reprise des activités des entreprises, notant que ceci va réduire la pression sur le Fonds spécial dédié à la gestion de la pandémie du coronavirus.
Il a souligné, dans ce même contexte, que le retour des ouvriers aux usines et aux établissements de production "est principalement lié à la capacité de ces entreprises et du gouvernement en général à assurer les conditions internes de sécurité sanitaire", soulignant la nécessité de mettre en place des commissions provinciales qui déterminent la capacité de chaque établissement de production à répondre aux normes sanitaires.
Après avoir indiqué que le retour des activités économiques dépend de l'avis des autorités sanitaires et sécuritaires, le responsable syndical a appelé à respecter toutes les mesures préventives et à assurer toutes les conditions de sécurité sanitaire dans les lieux du travail. 
Quant à la Confédération démocratique du travail (CDT), elle a qualifié de "positive" la décision du gouvernement relative à la reprise de l’activité des entreprises après Aïd Al-Fitr, appelant à "une vision prospective globale" sur la stratégie de déconfinement avec l’implication des centrales syndicales.
"C’est une décision importante pour les entreprises et les salariés impactés (par la pandémie du nouveau coronavirus), mais le plus important est de s’assurer du strict respect des conditions de santé et de sécurité au sein de ces unités", a déclaré à la MAP Youness Firachine, membre du bureau exécutif de la centrale.
L’annonce faite, la veille, par le ministre de l'Économie, des Finances et de la Réforme de l'administration, Mohamed Benchaâboun, "n’a pas comporté de précisions sur la vision du gouvernement quant à la gestion de la levée du confinement, des points de vue économique, social et sanitaire", a-t-il objecté.
"Nous attendons qu’il nous présente une vision globale sur cette question et le planning de relance économique, dans le sens où la crise a été préjudiciable à beaucoup de secteurs et a provoqué des retombées sociales pour les employés", a-t-il insisté.
Il a rappelé que des foyers de contamination ont été enregistrés dans certaines unités industrielles, en plus de "la résurgence de la maladie dans des usines fermées, un certain temps, à cause de l’apparition de nouveaux cas de contamination".
Il a, dans sens, posé la question "des garanties et des conditions mises en place pour que la reprise de l’activité ne cause pas une nouvelle vague d’infection, qui serait plus dangereuse".
Au cours de la séance des questions orales à la Chambre des conseillers, le financier du Royaume a appelé les acteurs économiques à reprendre leurs activités "directement après les jours de l’Aïd", à l’exception des sociétés suspendues par des décisions administratives.
Le ministre a exhorté les patrons et dirigeants d’entreprises à poursuivre l’application rigoureuse des mesures préventives et proactives, afin de garantir la sécurité des employés, des salariés et des clients.
Il a, aussi, souhaité davantage de mobilisation et d’engagement en vue de l’élaboration d’un plan de relance de l’économie nationale, qui sera au cœur d’un prochain projet de loi de Finances rectificative.

Vendredi 22 Mai 2020

Lu 654 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif