Libération

Facebook
Rss
Twitter





Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​60,6% des étudiants ont réduit le temps consacré aux études durant le confinement




Une proportion de 60,6% d'élèves ou étudiants a déclaré une baisse du temps consacré aux cours à distance et aux activités scolaires durant la période du confinement imposé par la crise sanitaire liée à la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) et suite au report ou à l'annulation des examens, selon le Haut-commissariat au plan (HCP).
Cette proportion est plus élevée parmi les garçons (65,3%) que les filles (55,8%), les citadins (69,8%) que les ruraux (56,4%) et au secteur public (62,8%) que privé (46,1%), précise le HCP dans une note sur les rapports sociaux dans le contexte de la pandémie du Covid-19 - 2ème panel de l'impact du coronavirus sur la situation économique, sociale et psychologique des ménages.
Par niveau, cette proportion atteint 70% au collège, 66,3% au primaire, 45,7% au secondaire, 49,6% à la formation professionnelle et 39,6% au supérieur, relève la même source, notant que 9,9% d'élèves ou étudiants consacrent plus de temps à ces activités, 11,5% en milieu urbain et 6,4% en milieu rural, 24,4% au secondaire et 15,6% au supérieur.
En outre, ladite note fait ressortir que les élèves et étudiants âgés de 15 ans et plus consacrent en moyenne 3h01mn par jour aux études et/ou à la formation, 3h18mn par les femmes et 2h44mn par les hommes. Ce temps a baissé de 01h36mn (1h35mn parmi les hommes et 01h48mn parmi les femmes) par rapport à une journée normale avant le confinement.
Dans cette note, le HCP met l'accent sur les principaux résultats des modules portant sur l'évolution des rapports sociaux et des perceptions de l'accès à l'enseignement à distance et aux soins médicaux, dans le contexte du confinement sanitaire instauré pour lutter contre le Covid-19.
Par ailleurs, l'intérêt accordé au suivi des cours à distance a été "réellement" impacté par le report ou l'annulation des examens, souligne le Haut-commissariat au plan.
"La part des personnes scolarisées qui suivent les cours à distance, tous niveaux confondus, a reculé, après le report ou l’annulation des examens, de 77,9% à 61%", précise le HCP. Cette baisse est plus prononcée au collège, de 81,2% à 57,6%, suivi par le primaire de 73,2% à 53,5%, le secondaire de 85,8% à 72,3% et la formation professionnelle de 70,4% à 60,6%, relève la même source, notant qu'au niveau de la 2ème année du baccalauréat, cette proportion est restée la même (95,4%).
En outre, la part des personnes scolarisées qui suivent ces cours de façon régulière a également diminué de 42,9% à 33,1%, fait remarquer le HCP, ajoutant que 18,1% des scolarisés sont passés d'un suivi régulier à un suivi irrégulier et 9,5% ont complètement abandonné les cours à distance. Et de poursuivre que ces proportions sont respectivement, par niveau scolaire, de 19,4% et 11,4% au primaire, de 21,9% et 15,9% au collège, de 18% et 2,8% au secondaire, de 11,3% et 3,3% au supérieur et de 8,9% et 8,2% à la formation professionnelle. Dans cette note, le HCP met l'accent sur les principaux résultats des modules portant sur l'évolution des rapports sociaux et des perceptions de l'accès à l'enseignement à distance et aux soins médicaux, dans le contexte du confinement sanitaire instauré pour lutter contre le Covid-19.
Ces modules ont été abordés, parmi d’autres, lors du deuxième panel réalisé du 15 au 24 juin 2020 sur un échantillon représentatif de 2.169 ménages en vue d’appréhender l’évolution des comportements socioéconomiques et préventifs face à cette pandémie et d’évaluer ses répercussions sur les différentes couches de la population marocaine en termes d’accès aux produits de base, à l’éducation, à la santé, à l’emploi et au revenu.

Mercredi 29 Juillet 2020

Lu 881 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 26 Novembre 2020 - 17:13 Trois cliniques sanctionnées