Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Visa for Music” met en vedette les artistes du Maroc et du Moyen-Orient




La quatrième édition de "Visa for Music" a pris fin, samedi soir, sur des notes d'artistes du Maroc, d'Afrique et du Moyen-Orient qui ont emporté les mélomanes vers de nouveaux horizons sonores, dans cinq salles de la capitale du Royaume. A la salle "Nadha", la chanteuse marocaine Jihane Bougrine, a présenté à son public des chansons tirées de son premier album "Loon Bladi", sorti en 2014, mélange d'héritage traditionnel marocain et de rythmes reggae, de musique soul et de rock. La chanteuse, qui a rencontré le rappeur marocain Don Bigg avant de sortir son album, a interprété des chansons accompagnées d'instruments fétiches du terroir, tels que le bendir, le luth ou la darbouka. Dans la même salle, l'icône du rock marocain, Khansa Batma a enchanté le public avec un répertoire musical riche et varié. Autodidacte et avec une voix exceptionnelle, Batma a commencé avec un répertoire de reprises, avant de passer de la musique orientale et marocaine à la musique occidentale aux timbres marocains. Héritière d’une grande famille musicale, la chanteuse marocaine a choisi de faire de la musique rock son principal style musical. Par ailleurs, le groupe de rock et de reggae "Tootard", venu de Palestine et dont les origines se situent sur les hauteurs du Golan syrien occupé, a présenté des pièces musicales qui s’appuient sur les mélodies et rythmes du désert, et particulièrement influencés par la musique afro-caribéenne. Le groupe a sorti début octobre 2017 son premier album international "Laissez-passer" chez "Glitterbeat". De son côté, Ali Asghar Rahimi d’Iran a délecté le public par ses plus belles chansons tirées de son riche répertoire. Chanteur et virtuose du tanbour (luth à manche long d’Asise mineure), Rahimi est une figure importante de la musique perse et sa maîtrise de la technique et du langage musical persan et sa créativité l’ont aidé a créer son style dans la musique mystique iranienne. Dans le cadre de cette édition, un hommage a été rendu à plusieurs artistes, dont Khadija Bidaouia, l’une des figures contemporaines de l’Aita, à Vincent Ahehehinnou, Mamou Daffé et Tabu Osusa. La 4ème édition de "Visa for Music" s'est tenue au Théâtre national Mohammed V, au club café Renaissance et le Dhow avec des spectacles de groupes venus des quatre coins du monde, des sessions de formation et des ateliers au profit des jeunes musiciens.

Mardi 28 Novembre 2017

Lu 2473 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif