Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une crise financière made in China ?


Une crise financière made in China ?
Alors que le Fonds monétaire international et la Banque mondiale préparent leur réunion annuelle la semaine prochaine, tous les regards sont tournés vers Evergrande, le deuxième promoteur immobilier de Chine, qui ne peut apparemment pas rembourser environ 300 milliards de dollars qu'il doit actuellement aux banques, aux obligataires, aux employés et fournisseurs. Alors que le géant de l'immobilier est au bord de la faillite, le monde est contraint d'envisager un scénario qu'il n'avait jamais sérieusement prévu : une crise financière made in China.

Les observateurs ont rapidement établi des parallèles entre la débâcle d'Evergrande et les crises passées. Certains le comparent au krach de 2008 de la banque d'investissement américaine Lehman Brothers, qui a déclenché une crise bancaire et financière massive. D'autres se souviennent du quasi-effondrement du fonds spéculatif Long-Term Capital Management en 1998, qui n'a été évité que par un renflouement de la Réserve fédérale américaine pour protéger les marchés financiers. D'autres encore évoquent l'effondrement de la bulle immobilière japonaise dans les années 90.

Dans tous ces cas, la combinaison d'un effet de levier excessif et d'actifs surévalués a déclenché une instabilité. Mais aucun n'offre vraiment un aperçu de la situation à Evergrande, en raison des particularités du système bancaire et financier chinois, qui est guidé par la politique et non par les marchés. Alors qu'un pays comme les EtatsUnis peut fournir un plan de sauvetage lorsque l'effondrement financier semble imminent, la Chine intervient régulièrement sur les marchés des capitaux et tolère peu de risques pour la stabilité financière. Les autorités monétaires chinoises sont donc bien placées pour gérer les problèmes financiers des entreprises nationales, protéger les entreprises en difficulté de la contagion, garantir des coûts d'emprunt bas et fournir des renflouements sélectifs.

En organisant de tels sauvetages, il est peu probable que les autorités chinoises se posent la question de savoir si une entreprise est vraiment «trop grosse pour faire faillite», comme l'ont fait les autorités américaines à l'époque avant la faillite de Lehman Brothers. La Chine préférerait de loin risquer un aléa moral plutôt que de mettre en péril la stabilité financière. Compte tenu de cela, il est probablement prudent de supposer que la Chine interviendra pour gérer l'effondrement d'Evergrande. Mais l'épisode laissera néanmoins deux cicatrices majeures sur l'économie chinoise.

Tout d'abord, comme les investisseurs étrangers ne seront pas à l'abri, la confiance s'en ressentira un peu, notamment sur le marché du crédit offshore chinois, particulièrement exposé aux risques d'Evergrande. Les rendements des obligations en dollars indésirables de la Chine ont bondi à environ 15%, leur plus haut niveau depuis environ une décennie. Depuis sa création en 2010, le marché offshore est au cœur de la stratégie chinoise visant à faire du renminbi une monnaie internationale liquide et librement utilisable, car il permet de contourner les contrôles de capitaux nationaux. Mais les investisseurs étrangers ont été extrêmement prudents quant à la négociation d'actifs libellés en renminbi sur ce marché. La saga Evergrande renforcera leurs craintes, du moins pour l'instant, obligeant la Chine à repenser sa stratégie en renminbi.

La deuxième cicatrice sera sur l'économie réelle de la Chine. Le secteur immobilier représente près de 30% du PIB de la Chine, contre 19% aux États-Unis. Et la valeur ajoutée immobilière contribue pour environ 6,5% au PIB de la Chine. (Si les contributions indirectes, telles que les investissements en capital fixe, sont prises en compte, la contribution du secteur à la croissance chinoise est encore plus importante.) L'implosion d'Evergrande pourrait donc avoir de graves conséquences pour l'emploi et la croissance. S'il déclenche une baisse des cours boursiers et immobiliers – le logement représente 78% des actifs chinois, contre 35% pour les Etats-Unis – la confiance des consommateurs, et donc la consommation, pourrait également en pâtir.

La question est de savoir si la Chine sera en mesure de contenir la crise d'Evergrande et d'éviter que ses conséquences ne se propagent aux marchés financiers mondiaux. Jusqu'à présent, on s'attend à ce que la Chine réussisse à circonscrire le problème. Même si Evergrande s'effondre, selon la logique, le système bancaire et financier chinois est suffisamment robuste et résilient pour y résister. En outre, la réponse politique à toute instabilité serait très probablement efficace, correspondant en vitesse et en ampleur à la décision de la Fed en 2008 de soutenir le système bancaire américain. Plusieurs outils politiques, y compris l'assouplissement monétaire et budgétaire, sont disponibles. Mais rien ne garantit que la réponse politique ne sera pas en retard sur les événements, des considérations politiques pouvant entraver l'action. Dans ce cas, le reste du monde en ressentirait les effets.

Depuis la crise financière mondiale de 2008, le système financier chinois s'est développé pour devenir l'un des plus importants au monde, avec des actifs financiers représentant près de 470% du PIB . Et il est devenu plus intégré au reste du monde grâce aux flux d'investissement et aux prêts directs. Mais alors que le système financier chinois est désormais d'importance systémique, il n'est pas certain que le filet de sécurité financière international – fourni par les institutions financières multilatérales, notamment le FMI – se soit suffisamment étendu pour s'adapter à cela.

Ce filet de sécurité est actuellement estimé à environ 2,7 billions de dollars (sur la base des ressources financières immédiatement disponibles, sans compter les ressources pré-engagées). C'est moins que les réserves de change de la Chine – actuellement environ 3,2 billions de dollars. Serait-ce suffisant pour éviter la catastrophe en cas de crise systémique made in China ? Les Etats-Unis – le principal actionnaire du FMI – accepteraient-ils même que le Fonds fournisse une assistance et des ressources adéquates pour parer à une telle crise ? Heureusement, ce scénario semble encore improbable. Mais il ne faut pas le rejeter d'emblée. Après tout, combien d'événements à faible probabilité se sont produits au cours des deux dernières décennies ?

À tout le moins, la crise d'Evergrande devrait nous sortir de notre complaisance face aux risques financiers mondiaux. Nous devons renforcer la résilience, et non politiser l'architecture financière multilatérale. Et si une crise financière systémique frappe la Chine, nous devons savoir qui interviendra pour sauver le reste du monde – et comment.

Par Paola Subacchi
Professeur d'économie internationale au Queen Mary Global Policy Institute de l'Université de Londres

Libé
Lundi 11 Octobre 2021

Lu 920 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 21 Octobre 2021 - 18:00 La vie américaine de Colin Powell

Lundi 18 Octobre 2021 - 13:52 Un nouveau consensus économique mondial

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS