Libération




Facebook
Rss
Twitter









Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Une année de chien





A 2020, une année à marquer d'une pierre noire ? Annus horribilis pour user jusqu'à la corde cette locution latine forgée de toutes pièces par la Reine Elisabeth, l'année qui a tiré sa révérence ne laissera, en effet, nul beau souvenir dans nos mémoires ni dans nos vies dont elle a fauché des dizaines de milliers.

Entamée dans le malheur, elle n'a fait que le répandre à l'infini depuis le jour où la Covid-19 s'est invitée dans notre quotidien pour le cloîtrer dans une peur qui ne s'est pas estompée malgré l'annonce de la découverte d'un vaccin qui a accompagné les jours finissants d'une année dont il n'y a pas eu beaucoup de semblables dans l'histoire. Des jours qui furent péniblement tristes et que nous avons été obligés de passer enfermés à double tour chez nous, privés de nos familles et de nos amis et collègues que nous ne pouvions plus voir que de loin et auxquels nous ne pouvions même plus serrer la main de peur de perdre la vie. Une vie de chien où comme dans la chanson de Brel, nous ne pouvions plus bouger que du lit à la fenêtre, puis du lit au fauteuil et puis du lit au lit et de ne sortir que masqués pour faire les incontournables emplettes sans lesquelles la faim nous aurait sûrement terrassés bien avant que le coronavirus ne s'empare de nos poumons pour en faire de la charpie

Il l'a d'ailleurs fait de tout, y compris de nos économies et de l'économie de notre pays qui avait entamé l'année en grande méforme pour cause de sécheresse. L'état d'urgence sanitaire déclaré le 20 mars dernier, la restriction de la circulation et la fermeture des frontières n'ont fait qu'aggraver la situation. Quatrevingt dix jours de confinement ont été, en effet, amplement suffisants pour mettre tous les signaux au rouge et laisser des séquelles si profondes qu'il faudra du temps, beaucoup de temps, pour sortir de l'ornière. Bonne année quand même !

Par Ahmed Saaidi 

Libé
Vendredi 1 Janvier 2021

Lu 854 fois

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 1 Janvier 2021 - 14:12 La Chambre des représentants sur tous les fronts

Vendredi 1 Janvier 2021 - 12:38 2020, une année à proscrire