Secteur minier national hors phosphates. Vers un saut de discontinuité dans la contribution au PIB national


Abderrazak Hamzaoui
Mardi 11 Juin 2024

« Un jour, un sage voulut raconter quelques secrets à propos de la vie à son enfant. Ils s’éloignèrent pour que personne ne les entende. Ils s’installèrent sur une pierre sous laquelle vivait une colonie de fourmis. Lorsque le sage termina son conte, il demanda à l’enfant ce qu’il avait appris. Il lui répondit avec sagacité et discernement : cent fourmis sont sorties de ce trou. Le sage, consterné, prit pour lui-même cette morale, nouvelle pour lui : la clé de la réussite et de toute progression est de savoir se concentrer d’abord sur ce qui est le plus important… » 1.

Le secret est de savoir se concentrer sur le plus important et utiliser le levier le plus puissant. Caché par les habitudes, le levier le plus puissant est le moins évident, un des principes de l’approche systémique.
Le secret est d’abord comment trouver ce levier.
 
Introduction

L’initiative pour booster la part du secteur minier dans le PIB national gagnerait à avoir une approche systémique en intégrant les maillons de la chaîne de valeur du secteur. Il faudrait focaliser l’effort là où il débloquerait la principale contrainte et créerait le plus de valeur.

Source Mckinsey&Company 2
Source Mckinsey&Company 2
La grande part de création de la valeur est dans le traitement et le raffinage. Plus encore, une fois l’investissement jusqu’aux opérations minières est fait, la valeur marginale de création de la valeur rapportée à l’investissement correspondant est plus importante.
 
L’Indonésie, une « success story »
 
Le gouvernement indonésien a mis en œuvre des politiques visant à encourager la transformation et le raffinage des minéraux au niveau national, plutôt que l'exportation de matières premières (loi 2009, amendements, 2020, 2023). Cela a conduit à la création des installations de fonderies et de raffinages, notamment pour le nickel et la bauxite, ajoutant une valeur significative au pays et favorisant la croissance industrielle. La contribution du secteur minier indonésien au PIB du pays s’est considérablement affaiblie en 2021- 6% elle était autour de 5% durant les années précédentes-pour atteindre 9,2% en 2022 (Fig.1). Cette situation devrait se poursuivre dans l’avenir avec la demande croissante de minéraux essentiels à la transition énergétique (PWC)3.

Source : PWC 3
Source : PWC 3
La valorisation : le levier le plus puissant

L’expérience de l’Indonésie a montré que l’outil n’était pas d’injecter des ressources financières supplémentaires de la part de l’Etat. L’effort était d’ordre institutionnel via la revue de la réglementation afin de booster le raffinage en aval. Cet effort avait créé des réactions de la part des investisseurs étrangers au début certes, mais à long terme, le pays en a profité par un saut de la part du secteur minier dans le PIB. Plus encore, il a permis à l’Indonésie de profiter pleinement de l’opportunité de la transition énergétique en attirant plus d’investisseurs sur plusieurs créneaux de la chaîne de valeur.

Une telle décision créera des réactions mitigées à court terme certes, mais à long terme le pays en profitera. Il va sans dire qu’une telle décision devrait être accompagnée par un effort de management du changement pour fluidifier l’instauration du nouveau mindset. Agir sur le levier institutionnel servira pour œuvrer à la structure qui influencerait le comportement. Une façon plus efficace d’agir au lieu de s’adresser directement aux comportements. Un autre principe de l’approche systémique.

Avec l’opportunité de la transition énergétique et la forte demande des substances raffinées, l’effet de ce levier serait amplifié. Une incitation au raffinage des ressources du sous-sol national au lieu de leur exportation sous forme de minerai concentré pourrait changer la donne et boosterait l’intégration du secteur minier dans les écosystèmes industriels nationaux.
 
L’intégration aux écosystèmes industriels nationaux
 
Avec le développement de plusieurs écosystèmes industriels et l’amélioration de leurs taux d’intégration, ces écosystèmes s’étendront davantage pour couvrir de plus en plus l’amont des chaînes de valeur. L’écosystème automobile en est l’exemple. La banque de projets que le MCINET4 propose pour des avantages à l’investissement et infrastructures d'accueil dénote d’un besoin de substances raffinées de plus en plus notable. La pandémie du Covid-19, la guerre en Ukraine et celle du Proche-Orient ont rendu les chaînes d’approvisionnement de plus en plus vulnérables. La disponibilité de ressources raffinées à l’échelle nationale dénote d’une importance capitale pour la souveraineté en assurant des produits de substitution aux importations.
 
L’action structurée et soutenue de promotion
 
Un pays traditionnellement minier comme le Maroc, gagnerait à avoir un effort plus structuré et soutenu de promotion. Les acteurs miniers marocains participent de façon régulière aux évènements internationaux certes, mais un évènement national de promotion a sûrement sa place dans toute initiative de valorisation du sous-sol national. Cet évènement minier marocain tenu de façon régulière tarde à voir le jour. Des pays similaires comme le Sénégal, la Mauritanie et plusieurs pays africains ont leurs propres évènements miniers qui se tiennent de façon régulière. Un évènement minier marocain de portée internationale servira pour promouvoir le potentiel minier marocain, sa valorisation et la promotion des opportunités de partenariat entre les investissements nationaux et internationaux. Dans un contexte de transition énergétique et d’engouement vers les ressources raffinées, cet évènement ne pourra être qu’un autre levier pour valoriser le sous-sol national.
 
L’exploration minière et l’infrastructure géologique
 
Les gisements miniers sont actuellement exploités dans le monde à des profondeurs atteignant 1500 m. Le sous-sol marocain, au-delà de 500 m, est en grande partie à découvrir. Cela pose sûrement des défis aux explorateurs, mais de nouvelles techniques et approches sont là pour les aider. L’investissement par l’Etat dans l’infrastructure géologique est important certes, mais il mérite une réadaptation.
L'approche des systèmes minéralisateurs est de plus en plus acceptée comme démarche pour comprendre la mise en place de la minéralisation. Elle reconnaît que les gisements sont de petites expressions de très grands systèmes minéralisateurs qui avaient fonctionné à différentes échelles pour focaliser les flux de masse et d’énergie vers des pièges particuliers. Cette approche systémique nécessite que l’effort de l’infrastructure géologique la respecte en cartographiant de larges zones couvrant tout le système au lieu d’une cartographie par cartes isolées.

Comme cité précédemment, l’effort de l’investissement par l’Etat dans l’infrastructure géologique devrait être adossé à des mesures pour inciter au raffinage en aval. Autrement, les ressources découvertes seront en partie exportées sous forme de concentré sans exploiter tout le potentiel de création de la valeur.
 
Le capital humain
 
Le capital humain gagnerait à profiter des changements technologiques et des nouvelles approches permettant d’écourter la durée des projets. Les projets R&D sont à généraliser afin de profiter pleinement de l’opportunité de la transition énergétique et les recherches en pleine gestation dans le domaine. Les actions citées précédemment boosteront le secteur minier national qui attirera les meilleures ressources humaines. On pourra toujours défendre l’idée que le secteur minier souffre du manque de ressources humaines de qualité dans les métiers de la mine. Cependant, un secteur en plein essor pourra attirer les meilleures ressources humaines et pas l’inverse.
 
Conclusion
 
Toute initiative qui vise à booster la part du secteur minier dans le PIB national gagnerait à avoir une approche systémique. L'intégration de tous les maillons de la chaîne de valeur du secteur permettrait de focaliser l’effort sur le déblocage de la principale contrainte. Là où le levier pourra être plus puissant est l’action institutionnelle pour booster l’investissement dans le raffinage. Cela permettra d’améliorer le taux d’intégration des écosystèmes industriels nationaux et de mieux profiter de l’opportunité de la transition énergétique. Il sera à même d’améliorer nettement la contribution du secteur dans le PIB national en créant plus de valeur.
L’investissement par l’Etat dans l’infrastructure géologique est certes important, mais il gagnerait à adopter l’approche système au lieu de la cartographie par cartes isolées. Il devrait aussi être conjoint aux mesures prises pour booster le raffinage en aval afin de tirer le maximum de valeur des ressources découvertes.

Par Abderrazak Hamzaoui
 
1HAMZA MARZAK, le Muet, p.160
2: Mckinsey&Company, The mine-to-market value chain: A hidden gem
3: PWC, mining in Indonesia, Investment, Taxation and Regulatory Guide, (2023)
4.  https://banquedeprojets.mcinet.gov.ma


Lu 1402 fois


Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.











Inscription à la newsletter



services