Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Samir Kaddar, président du Réseau des compétences médicales des Marocains du monde

Le Maroc contrôlera la propagation du virus grâce à la vaccination


Il faut avoir confiance dans les mesures mises en place par les autorités et les comités scientifiques Le docteur Samir Kaddar, président de l’ONG C3M basée à Bruxelles, qui regroupe plus de 500 compétences médicales des Marocains du monde, nous livre dans cette interview son avis sur la vaccination contre le coronavirus, la stratégie du Maroc en la matière et la recrudescence des théories de complot et des fake news.

Est-ce que le vaccin contre le coronavirus va mettre fin à la pandémie ?
La Covid-19 est un nouveau virus au sujet duquel on ignore beaucoup de choses. Vu l’absence de médicaments (antiviraux, antibiotiques...) contre ce virus, le vaccin reste le seul moyen efficace pour contrer sa propagation. Grâce à des financements et des investissements colossaux, de nombreux laboratoires pharmaceutiques se sont engagés dans la course au vaccin anti-Covid-19 qui constitue un espoir pour réduire le nombre d’infections et de décès ainsi que pour sortir du blocage économique. Toutefois, il faut savoir que le vaccin, même s’il a une grande efficacité, ne garantit pas une immunité contre le virus du jour au lendemain, surtout pour les personnes vulnérables, atteintes d’une maladie chronique ou souffrant d’un déficit immunitaire congénital. De ce fait, il ne faut surtout pas baisser la garde et il faut continuer à respecter les mesures sanitaires préventives (distanciation sociale, hygiène des mains, port du masque...) pendant plusieurs semaines.

Quelle est votre appréciation de l’opération de vaccination contre le coronavirus annoncée par le Maroc ?
Le Maroc a été le premier pays au monde à avoir lancé une campagne de vaccination massive contre le coronavirus grâce à la vision clairvoyante de S.M le Roi Mohammed VI. Cette opération reflète l’attachement Royal à la préservation de la santé des citoyens et au droit à la vie. Il s’agit d’une vision d’avenir qui ambitionne aussi bien de sortir de la crise sanitaire que de garantir le décollage économique après cette période difficile. Nous avons un grand espoir que le Maroc pourra contrôler la propagation du virus grâce à cette opération de vaccination nationale et booster son économie ainsi que différents autres secteurs qui sont paralysés à cause de la pandémie. Nous nous réjouissons aussi de l’annonce de la création d’une plateforme de production vaccinale de haute technologie à Tanger pour assurer l’approvisionnement de l’Afrique subsaharienne et du Maghreb en vaccins, une fois que le Maroc aura atteint l’autosuffisance dans la production de vaccins. Cette plateforme, qui sera à même de développer des vaccins “made in Morocco”, s’inscrit dans la politique du Royaume pour renforcer son ancrage africain et aider ses partenaires dans le continent à lutter contre la pandémie.

Quel est votre avis sur les voix qui s’élèvent pour remettre en cause l’innocuité du vaccin contre le coronavirus ? Malheureusement, la pandémie de coronavirus a donné lieu à une recrudescence des théories de complot et de fake news. Ce virus est extrêmement dangereux, d’abord parce qu’il est très contagieux et se transmet très rapidement et aussi parce que dans certains cas, les patients développent des formes graves d’infection qui peuvent conduire au décès. Mais, malgré cela, il y a toujours des personnes qui nient son existence ou minimisent sa gravité. De même, des vaccino-sceptiques montent dernièrement au créneau pour remettre en cause l’efficacité du vaccin et afficher leur crainte quant à ses éventuels effets indésirables. A ces personnes, je souhaite dire qu’il faut faire montre de responsabilité collective et avoir confiance dans les mesures mises en place par les autorités et les comités scientifiques pou réussir l’opération de vaccination et surmonter cette crise sanitaire. Dans ce sens, je tiens à préciser que ces vaccins sont mis au point par des médecins et des scientifiques compétents et ne peuvent être administrés qu’après une série d’essais cliniques et de tests prouvant leur innocuité, de même pour le vaccin sur lequel s’est porté le choix du Maroc pour sa campagne de vaccination.

Libé
Mercredi 9 Décembre 2020

Lu 447 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS