Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Prisonnière du silence ” remporte le grand prix du Festival du film éducatif pour les enfants des centres d’ estivage


Le film “Prisonnière du silence”, de son réalisateur Said Hoummane, a remporté dimanche le grand Prix de la 4ème édition du Festival du film éducatif pour les enfants des centres d’estivage, tenue en ligne du 28 au 31 juillet. Présidé par le réalisateur Mohamed Nadif, avec à ses côtés l’actrice Khadija Adli, le chercheur en sciences de l’éducation Hassan Khouyi, l’enfant acteur Zakaria Anan et l’artiste peintre Mustapha Nafi, le jury  a porté son choix à l’unanimité sur ce film pour ses scènes et événements exprimés dans une langue cinématographique affinée, utilisant l’esthétique dans un cadre professionnel.

Le Prix de la meilleure enfant actrice a été attribué à Zineb Bounid, pour son rôle dans le film “Prisonnière du silence”,  alors que le prix du meilleur enfant acteur est revenu à Souhaib Boutdghart pour son rôle dans le film “Reda”. Le Prix du jury est, quant à lui, revenu au film «Reda» de ses réalisateurs Abdelkarim Habra et Firdaouss Azgagh, alors que le prix du public a été décerné à «Time to eat» (L’heure de manger) de Hussam Jililaty.

Selon un communiqué de l’association “Image pour le patrimoine culturel”, organisatrice de cet événement tenu sous le thème "Notre enfance est notre image", le jury a tenu à féliciter tous les films participants pour les efforts déployés par les réalisateurs et les acteurs pour assurer la réussite de leurs œuvres et a noté que les niveaux des participants étaient très similaires et encourage, par la même occasion, tous ceux qui ont su innover dans les circonstances de crise sanitaire de ne rien lâcher, car «il y ‘a toujours de l’espoir dans la persévérance et la créativité», lit-on dans ledit communiqué.

Outre la compétition officielle, le programme de cette manifestation  culturelle comprenait un colloque modéré par le journaliste Aziz El Majdoub sur le thème «L’image de l’école dans le cinéma marocain» avec la participation du critique de cinéma Boubker Hihi, l’écrivain et critique de cinéma Mbarek Housni et de l’universitaire et critique Mohamed El Bouayadi, une master class de l’acteur Rabii El Kati, des séances d’hommages à l’acteur Abbes Kamel et à l’acteur et metteur en scène de théâtre et conteur international Mohamed Sossey Alaoui, en plus d’une présentation du livre «La femme dans le cinéma marocain : derrière et devant la caméra», de son auteur Hassan Naraiss.

Il est, par ailleurs, à rappeler que les organisateurs avaient prévu d’organiser cette quatrième édition du festival en format digital et présentiel  mais elle a finalement été entièrement digitale, en raison des restrictions liées à la crise sanitaire. «Il s’agit d’une décision du gouvernement, dictée par la situation pandémique et l’augmentation inquiétante du nombre des cas Covid-19», expliquaient les organisateurs dans un communiqué parvenu à notre rédaction.

«Nous avons tenu malgré les circonstances difficiles du moment à rester en contact avec les enfants et les jeunes en présentant une autre édition digitale», a souligné la présidente du festival, Nadia Akerouach. «Cela est rendu possible grâce au fait que les catégories ciblées ont accumulé un important savoir-faire dans l’emploi des technologies de communication à distance. C’est un atout à utiliser pour présenter des produits artistiques utiles, véhiculant un contenu éducatif, intellectuel et instructif pour les enfants et les jeunes», a-t-elle ajouté, avant de préciser que les organisateurs ont  décidé d’organiser la cinquième édition de ce festival, du 28 au 31 août courant.

Il est enfin à rappeler que l’Association image pour le patrimoine culturel, initiatrice de l’évènement, a pour objectif d’aboutir à un développement durable dans tous les domaines. Elle cherche à s’ouvrir sur toutes les cultures et les valeurs humaines universelles, tout en préservant l’identité marocaine, en s’intéressant au facteur humain et en défendant les droits des enfants, des jeunes et de la femme dans le sens d’utiliser les valeurs de citoyenneté et contribuer au travail associatif sérieux et durable.
Mehdi Ouassat

Mehdi Ouassat
Mardi 3 Août 2021

Lu 1457 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS