Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Présidentielle française A droite, la “guerre des trois” s'intensifie


Libé
Jeudi 17 Février 2022

Présidentielle française A droite, la “guerre des trois” s'intensifie
Au RN on se félicite que les "fruits pourris tombent" mais Marine Le Pen, frappée par une vague de départs, traverse une passe difficile dans sa campagne présidentielle, menacée, tout comme Valérie Pécresse, par Eric Zemmour qui continue à engranger les soutiens. Au lendemain de la suspension par le Rassemblement national de Nicolas Bay, l'un de ses dirigeants tenté lui aussi par Eric Zemmour, la question des transfuges à l'extrême droite continue mercredi à drainer son lot d'insultes et d'appels à resserrer les rangs. "Nous sommes soudés autour de Marine Le Pen. Secouer un arbre pour que les fruits pourris tombent, c'est finalement toujours une bonne chose, ça régénère la vitalité", a affirmé sur RMC Laurent Jacobelli, porte-parole de la campagne de la candidate, lui-même ancien militant de Debout la France. Avec Mme Le Pen qui figure toujours en seconde position dans les sondages derrière Emmanuel Macron, le président du RN Jordan Bardella s'est, quant à lui, efforcé de minimiser les départs,refusant de parler de "saignée" sur France Inter et assurant qu'il ne s'agissait que "d'une dizaine" de personnes sur un millier d'élus. Trois eurodéputés - Jérôme Rivière, Gilbert Collard et Maxette Pirbakas - ont déjà rejoint le candidat Reconquête!,suivis dimanche dernier par l'unique sénateur RN Stéphane Ravier, ainsi que plusieurs conseillers régionaux. Accusé de "sabotage" parle parti, ce qu'il réfute, Nicolas Bay, eurodéputé et membre du bureau exécutif (direction), a été suspendu mardi de ses fonctions par le RN.Ce proche de Marion Maréchal pourrait officiellement rallier Eric Zemmour avant ou autour d'un déplacement du candidat samedi en Normandie, où M.Bay est conseiller régional. Sans le nommer, Marine Le Pen a "demandé à ceux qui opèrent la stratégie de la limace de bien vouloir accélérer leurs départs (...) parce que la limace est lente mais aussi poisseuse". La question des transfuges concerne aussi la candidate LR Valérie Pécresse qui, après une semaine difficile entre confidences peu amènes de Nicolas Sarkozy et meeting jugé raté, se retrouve désormais au coude-à-coude dans les sondages avec Eric Zemmour à la troisième place. "Les erreurs de formes (de son meeting) veulent dire à un moment donné quelque chose sur le fond" de son programme, a estimé sur LCI son ancien allié Eric Woerth, ancien ministre sarkozyste qui a rejoint Emmanuel Macron il y a une semaine. A moins de deux mois du premier tour du 10 avril, plusieurs candidats sont encore loin des 500 parrainages d'élus indispensables à réunir jusqu'au 4 mars pour être sur la ligne de départ. Si Valérie Pécresse, Emmanuel Macron, la socialiste Anne Hidalgo et la LO Nathalie Arthaud ont déjà passé le cap, des candidats en bonne place dans les sondages sont encore loin du compte, à l'image de l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon (332), Marine Le Pen (331) ou Eric Zemmour (250). A gauche, Christiane Taubira, qui a remporté fin janvier la Primaire populaire, n'en affiche que 73 pour l'instant. Dans une lettre dont l'AFP a eu copie, elle demande aux maires de France de la parrainer, au nom du "débat démocratique". Le "Collectif Taubira pour 2022 !" prévoit par ailleurs de manifester devant le Conseil constitutionnel en début de soirée pour l'interpeller sur un supposé blocage de parrainages et dénoncer les "méthodes employées par EELV et le PS". Toujours à gauche, le député LFI Adrien Quatennens a appelé le communiste Fabien Roussel, qui devait tenir un meeting à Montreuil (Seine Saint-Denis) mercredi soir, à unir les forces. "Il m'avait dit qu'il irait au bout, sauf s'il y avait une opportunité pour la gauche d'être au second tour. Or, notre bloc populaire en est aux portes", a assuré M. Quatennens sur Public Sénat. Quand à Emmanuel Macron, toujours pas candidat officiellement, il se rend à Toulouse pour stimuler l'Europe de l'Espace et continue à consacrer son agenda à l'international avec, outre l'Ukraine, un mini-sommet à Paris mercredi soir, sur fond de retrait attendu des forces françaises du Mali.


Lu 719 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe










L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30





Flux RSS
p